Articles liés
  • Le génie de la forêt (1)
    Le génie de la forêt (1)
    II était une fois dans un pays très lointain qu’on appelle le Paraguay, un pauvre fermier et sa femme qui travaillaient très dur sur leur lopin...
  • Le génie de la forêt (2)
    Le génie de la forêt (2)
    José était déjà rentré de son travail et attendait avec inquiétude le retour de sa femme...
  • Le génie de la forêt (4)
    Le génie de la forêt (4)
    Un peu plus tard, le génie partit en direction des hautes montagnes que le vieil homme lui avait indiquées...
  • Nombre de visites :
  • 2544
  • 1/1/2009
  • Date :

Le génie de la forêt (3)

une forêt

(Paraguay)

   Sur le chemin du retour, José rencontra un vieux mendiant qui marchait à l’aide d’un bâton et qui lui demanda un peu de nourriture.

-Je n’ai rien sur moi, répondit José gentiment, mais accompagnez-moi, je vous préparerai quelque chose à manger.

   Pendant que le vieux mendiant se restaurait, José lui raconta ses mésaventures. Si vous m’autorisez à dormir ici, je vous aiderai demain à trouver la cabane du génie, proposa le mendiant. José le regarda d’un air incrédule.

-Ne craignez-vous pas, lui demanda-t-il. Le mendiant secoua la tête en riant.

   Le lendemain matin, les deux hommes partirent de bonne heure. Après de longues recherches, ils découvrirent enfin la cabane du génie de la forêt. Ils se dissimulèrent derrière quelques buissons. José aperçut Anina qui sortit de la cabane. Elle était donc bien là. Quant au génie, il restait invisible.

-Il est peut-être parti chasser, dit José et il se dirigea vers la cabane pour aller chercher Anina.

Soudain, le génie jaillit de derrière la cabane en poussant un cri assourdissant. II s’était caché afin de surprendre José. José cria, mais le vieux mendiant n’avait pas peur du tout.

-Si tu ne nous lâches pas, je te fais mordre par un serpent, dit-il fâché. Le génie libéra immédiatement les deux hommes et regarda autour de lui.

un serpent

-Je ne vois aucun serpent. Viens ici, que, je te mange le premier et il tendit la main vers le vieil homme, mais au même moment, ce dernier jeta son bâton sur le sol. Le bâton se changea immédiatement en un gros serpent sifflant. Le génie n’osa pas bouger. Il mit ses grandes mains devant ses yeux. A présent, il ressemblait plus à un enfant effrayé qu’à un redoutable génie de la forêt.

-Eloigne ce serpent ! Eloigne cet affreux serpent! s’écria-t-il effrayé.

- Tu dois partir au-delà des montagnes et ne plus jamais revenir. Si tu le promets, je changerai à nouveau le serpent en bâton, répondit le vieux mendiant.

(à suivre...)

Source: www.chez.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)