Articles liés
  • Nombre de visites :
  • 608
  • 29/9/2011
  • Date :

L’inimitié et la rancune (2)

rancune

   Chaque homme a sa propre spécificité imputable à son éducation morale et psychologique. Le pardon et l’indulgence sont les manifestations les plus lumineuses de maîtrise de soi et de grandeur, et aussi des formes de noblesse d’âme et de courage.

L’homme authentique pardonne par magnanimité et, acquiert en contrepartie sa sérénité et une pureté que rien n’égale en prix. La mansuétude cultive l’âme. Elle est une grâce qui fait jaillir la source de douceur et de bonté, et par laquelle l’homme peut se libérer de tout égoïsme.

   Bien que fermer les yeux sur les erreurs et les faux pas d’autrui ne soit pas chose aisée au début, plus on s’exercera dans cette voie, moins on ressentira l’agitation intérieure. Il est établi que l’indulgence a un impact positif même sur l’ennemi et entraîne forcément un changement en lui. Et combien de relations se sont détendues grâce à la bonne compréhension mutuelle! Et combien de ressentiments, de rancunes et d’inimitiés se sont dissipées, cédant la place à la sincérité et à l’affection réciproque?

   Que peut un ennemi agressif devant une personne équipée de cette arme puissante de l’indulgence, et d’un cur animé de nobles sentiments, sinon se rendre et s’incliner devant la supériorité?

Un savant a dit: «L’une des facultés les plus grandes de l’homme, et dont sont dépourvues les animaux, est celle de pardonner et d’oublier les fautes des autres. Quand une personne vous nuit, elle vous donne en même temps une bonne occasion qui est celle de lui pardonner, et de jouir ainsi du plaisir qu’offre le sentiment de l’indulgence. On nous a toujours dit: pardonnez à vos ennemis, mais cela n’empêche pas de pardonner aussi aux amis.

   Quand vous vous vengez sur votre ennemi, vous devenez son semblable, mais en lui pardonnant, vous devenez son supérieur. Et il se verra fautif devant votre indulgence.

Quand nous voulons nuire à autrui, il se peut que nous échouions dans notre entreprise. Mais le pardon est la meilleure vengeance. Par lui, nous pouvons vaincre nos ennemis sans coup férir, et les faire s’incliner humblement devant notre puissance. Par conséquent, la meilleure attaque est celle où l’on refuse l’inimitié et la rencontre de l’ennemi; car la défaite de celui-ci y est assurée.

Quand les autres agissent en mal, nous devons agir en bien. Opposer le bien au mal est une politique céleste grâce à laquelle se perpétue la tranquillité sur terre.»

Source: MOUSSAVI LARI. M, Problèmes moraux et psychologique, traduit par Nahid Chahbãzi, éd: Daftar-é-Nachr-é-Farhang-é-islãmi, Téhéran, 2003, PP.127-129.

Articles Relatifs:

L’inimitié et la rancune (1)

La lutte de l’Islam contre le pessimisme (3)

La lutte de l’Islam contre le pessimisme (2)

La lutte de l’Islam contre le pessimisme (1) 

Les préjudices du pessimisme (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)