Articles liés
  • Une des droits de la femme en Islam
    Une des droits de la femme en Islam
    Beaucoup de sociétés antiques ne reconnaissaient pas à la femme le droit à la vie. L’on peut citer l’exemple de l’Egypte...
  • Sourate Al-Kawthar
    Sourate Al-Kawthar
    Quiconque lit cette Sourate, Allãh l’abreuvera de l’eau de Kawthr le Jour de la Résurrection.
  • Une femme est une fleur
    Une femme est une fleur
    En Islam, les hommes sont censés prendre soin des femmes dans la famille, comme «on prend soin d’une fleur »....
  • Nombre de visites :
  • 830
  • 23/8/2011
  • Date :

Statut de la femme avant l’Islam 

femme avant l’islam

  Les sociétés antérieures à l’islam ne reconnaissaient à la femme aucun droit, au contraire, certaines ne lui reconnaissaient même pas son humanité: elles voyaient en elle un simple bien dont l’homme disposait à sa guise sans qu’elle ne jouisse d’un droit quelconque. De même, on la considérait comme étant assujettie à l’homme qui lui faisait supporter tous les travaux domestiques, agricoles et autres.

Cet état de fait a été connu dans les civilisations antiques. Dans la société antique comme la société Romaine, Grecque, Egyptienne et même en Chine, l’histoire a enregistré le règne des impératrices telle Cléopâtre d’Egypte, l’impératrice de Chine; ce qui démontre que les femmes étaient au sommet de la hiérarchie.

   Malgré cela, les croyances antiques voulaient que la prospérité du pays soit liée au sacrifice des femmes à des divinités; C’est ainsi qu’en Egypte, on jetait chaque année, une jeune fille vierge dans le Nil, pour avoir de l’eau. Dans la péninsule arabique: dans la période pré-islamique, certains arabes répugnaient qu’on leur annonçât la naissance d’une fille.

   Dieu (LSI) l’a dit dans le Coran et a vivement critiqué cela en ces termes: «Et lorsqu’on annonçât à l’un d’eux la naissance d’une fille, son visage s’assombrissait et une rage profonde l’envahissait»

(Sourate les abeilles, Verset 58)

«Il dissimulait sa honte et se cachait des gens à cause de la mauvaise nouvelle qu’on lui annonçait et il se demandait s’il devrait la garder avec mépris ou s’il devait l’enterrer, que c’était vil ce qu’ils décidaient»

(Sourate les abeilles, 59)

   Dieu (LSI) dit dans ce cas : «Lorsqu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour quel crime elle a été tuée »

(Sourate l’obscurcissement, Verset 8-9)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)