Articles liés
  • Siãvosh Kasrãi
    Siãvosh Kasrãi
    Fidèle élève de Nimã, et fervent connaisseur de littérature classique persane, Siãvosh Kasrãyï (1926-1995) s’inspire de l’épopée pour distiller des poèmes d’espérance...
  • Nombre de visites :
  • 2134
  • 26/5/2010
  • Date :

Les fleurs blanches du jardin

une nuit

Les nuits

Lorsque même l’étoile dort

Les fleurs blanches du jardin

Sont éveillées

Les nuits

Lorsque sans raison tu pleures

Lorsque tu n’exhales pas

Le parfum de tes vers

A travers la fenêtre

Les fleurs blanches du jardin

Sont éveillées

Les nuits

Lorsque ton cœur se rallie en secret

A une douleur familière

Lorsque même la brise

Ne nous apporte aucun chant

Depuis la vallée nébuleuse

Sous ta petite fenêtre

Les fleurs blanches du jardin somnolent

Sont éveillées

Les nuits

une nuit

Lorsque follement tu chantes

Et lorsque aucune flamme

Sauf tes larmes ne brille

Dans l’étendue de ce paysage

Dans ce jardin et ce printemps endormis

Les blanches fleurs sont éveillées

Les longues nuits sans matin

Les longues nuits sans espoir

Les nuits noires figées à leur début

Les nuits

Lorsque tu chantes avec amour

Lorsque sans raison tu pleures

Lorsque même l’étoile dort

Les fleurs blanches du jardin

Sont éveillées

Et le cœur

Reste affamé

De matin clair.

Siãvosh Kasrãi

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)