Articles liés
  • Nombre de visites :
  • 832
  • 16/10/2011
  • Date :

L’avarice

avarice

   L’homme est de par sa nature doté d’aptitudes particulières qu’il éprouve le besoin de faire fructifier avec l’aide et la collaboration des autres. La solidarité est un agent très efficient dans le progrès et le succès de l’individu et de la société.

L’homme a été créé pour mener une vie sociale, il cherche à associer ses semblables à la solution de ses problèmes.

   Tant les événements de la vie que les désirs de l’âme suscitent un certain nombre de problèmes qui font que l’homme, est exposé dans sa vie à certains épisodes amers, tourments et épreuves au cours desquels il ne peut se passer de l’aide d’autrui. Sur la base de cette règle générale de la nécessité, les devoirs des hommes dépassent le cadre de l’individu, et sont répartis entre les différentes couches sociales.

Aussi limitée ou infime qu’elle soit, l’aide que reçoit l’individu est toujours utile au progrès et à l’essor. Comme la société se reflète dans les individus, qui en sont une représentation miniaturisée, on peut à plusieurs points de vue la comparer à un corps humain.

   Ce dernier comprend différents organes entre lesquels existent des relations naturelles; et la survie de l’homme dépend de ce que chaque organe accomplisse sa fonction normalement. Il en va de même pour la société dont les divers éléments sont les individus, et sa permanence exige que chaque élément connaisse ses devoirs essentiels, et qu’il consacre toute son énergie au service de la bonne gestion des rouages de la société, dans les limites de ses responsabilités et compétences définies en fonction de son savoir-faire et de ses aptitudes.

Il est possible de généraliser le bien-être matériel, et d’assurer à tous, calme et sérénité si le sentiment de la nécessaire solidarité prévaut dans les rapports mutuels. Par la solidarité, la vie s’adoucit, les actions se fructifient, et tous les rouages de la société se mettent en branle vers le progrès.

Source: MOUSSAVI LARI. M, Problèmes moraux et psychologique, traduit par Nahid Chahbãzi, éd: Daftar-é-Nachr-é-Farhang-é-islãmi, Téhéran, 2003, PP.169-170.

Articles Relatifs:

L’avarice selon le Prophète Mohammad

La trahison et ses préjudices (1)

La trahison (2)

La trahison (1)

L’Islam stigmatise la déloyauté (2)

L’Islam stigmatise la déloyauté (1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)