Articles liés
  • Nombre de visites :
  • 673
  • 30/8/2011
  • Date :

Le dénigrement (1)

dénigrement

   Parmi les grandes imperfections morales de l’homme, figure l’inconscience qu’il manifeste à l’égard de ses propres défauts. Souvent l’égarement et la confusion procèdent de l’ignorance et de la négligence.

Que de fois, par manque de vigilance, l’âme a-t-elle été envahie par des défauts qui se sont incrustés en elle, et ont miné son succès. Quand l’homme devient esclave de son âme ignorante, il tue en lui-même l’amour de la vertu, et devient la proie de ses différents penchants et passions qui le frustrent du bonheur et de ses joies. Il demeure aussi privé de toute orientation morale.

   La première condition, pour la réforme de soi, consiste à connaître ses insuffisances. Après quoi on saurait briser les chaînes du vice, et échapper au danger que font peser sur nous les défauts.

Il importe beaucoup en effet d’examiner les spécificités de l’âme humaine avant d’essayer de l’amender; et cela est la seule voie de perfection morale et spirituelle.

   En décelant les points forts et faibles de l’âme, on peut discerner les zones sataniques enfouies dans ses replis et les séparer des aptitudes et propensions méritoires d’ailleurs plus nombreuses puis les éliminer avant qu’elles ne contaminent l’ensemble.

Si par négligence nous omettons d’examiner notre image réelle au miroir de nos actes, nous commettrons une faute irréparable. Nous sommes tenus avant toute chose, d’évaluer nos particularités et nos attributs, afin de connaître les défauts qui ont pris racine en nous, à notre insu. Un effort continu nous permettra d’extirper ces pousses sauvages et, de les empêcher d’apparaître à leur aise. Certes l’amendement et la réforme de l’âme, ne sont pas chose facile. Ils exigent une volonté constante, une longue peine et une persévérance.

   Outre l’identification des défauts et vices de l’âme, l’éradication des mauvaises habitudes exige une résolution sans faille conduisant l’homme à l’objectif désiré. Quand nous ordonnons nos actes, nous ordonnons par là-même nos idées, et nous leur donnons une bonne direction et plus de force. Chaque pas accompli dans ce sens exerce un impact utile et décisif que nous pouvons mesurer en toute évidence a la fin de l’action.

Source: MOUSSAVI LARI. M, Problèmes moraux et psychologique, traduit par Nahid Chahbãzi, éd: Daftar-é-Nachr-é-Farhang-é-islãmi, Téhéran, 2003, PP.80-81.

Articles Relatifs:

Les préjudices du pessimisme (2)

Les préjudices du pessimisme (1)

Le pessimisme (2)

Le pessimisme (1)

L’hypocrisie

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)