• Nombre de visites :
  • 857
  • 4/10/2009
  • Date :

Laisser le souci

nature

برخیز و مخور غم جهان گذران

خوشباش و دمی به شادمانی گذران

در طبع جهان اگر وفائی بودی

نوبت به تو خود نیامدی از دگران

Allons, consens, mon ami, à ce moment de plaisance

Et laisse enfin le souci de la fortune changeante:

S’il était dans sa nature d’être constante et fidèle,

Après d’autres t’aurait-elle offert aujourd’hui ta chance?

Source: KHAYYAM Omar, Quatrains d’Omar Khayyãm, Traduit par Lazard, éd. Iraniansociety, Téhéran, 2006, PP.157-158.

Galerie Relative:

Galerie des images du mausolée d’Omar Khayyãm (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)