• Nombre de visites :
  • 2492
  • 6/10/2009
  • Date :

Bandar-e Abbãs

temple hindou

   Port stratégique, contrôlant le détroit d’Hormoz et l’entrée du Golfe Persique, reliée aux routes terrestres venant du Fãrs et du Kermãn, Bandar-e Abbãs était une cité de transit des marchandises entre l’intérieur du pays et l’île d’Hormoz.

La ville doit son développement à Shãh Abbãs Ier (1587-1629).

   Avec l’appui des compagnies des Indes Orientales Anglaise, Hollandaise et Française, le souverain chassa les Portugais qui s’y étaient installés au début du XVIe s puis en fit le port principal de la région et lui donna son nom (le «port de Abbãs»). La chute des Safavides en 1722 amorça le déclin soudain de la ville, victime des invasions Afghanes, Russes et Turques qui dévastent le pays, puis de l’abandon des Hollandais et des Anglais qui s’installèrent à Bushehr. Bandar-e Abbãs renaquit au XXe s., grâce à la construction d’un port moderne. Après la guerre Iran-Irak (1980-1988), elle devint un centre de production pétrolière après que Ahvâz, au Khuzestãn, eut subi les dommages dus au conflit.

   La ville ne compte guère de monuments historiques. Pour des soldats Indiens de l’armée britannique, un temple hindou fut édifié à la fin du XIXe s., avec un dôme hérissé de pignons: dans l’architecture de l’Inde, il symbolise la montagne cosmique et l’axe reliant les mondes au Divin. Désaffecté, il accueille aujourd’hui un petit musée anthropologique.

A l’extérieur de la ville, on signalera plusieurs caravansérails au long des routes et le pont Qãjãr de Latidãn, à environ 50 km à l’ouest.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, P.443.

Articles Relatifs:

La province de Hormozgãn

Bandar-e Lengeh

L’île de Qeshm

Kish

Galeries Relatives:

Le paradis des géologues (1)

Le paradis des géologues (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)