• Nombre de visites :
  • 4212
  • 13/4/2010
  • Date :

Tabas

le bagh-e golshan

   En 1974, le «Guide Bleu» écrivait de Tabas quelle est «l’une des plus belles oasis de palmiers-dattiers de l’Iran qui, de leurs ombrages, abritent vergers et cultures maraîchères.

Avec ses maisons de pisé à bãdgirs, ces cheminées «à rebours», sa forteresse décrépite, datant du XIe s., - cette forteresse où régnèrent en maîtres les Assassins (2e moitié du XIe s.), - sa médersa aux deux minarets Seldjoukides (XIIe s.) ou madresseh-yé-Do Manãr et surtout sa palmeraie, Tabas sera une étape à marquer d’une pierre blanche.»

   Malheureusement, un tremblement de terre ravagea la ville en 1978, ne préservant qu’une grande mosquée et quelques citernes. La cité, depuis, a été partiellement restaurée et on peut y admirer plusieurs jardins, comme le Bãgh-e Golshan.

A l’ancienne perle du désert, Yaqub Dãneshdust a consacré deux grands livres, en persan, mais richement illustrés. Publiés à Téhéran par Cultural Héritage Organisation et Soroush Press, le premier volume est consacré aux jardins (Once there was a town called Tabas. Ihe gardens ofTabas, 1990), le second aux monuments (Tabas the town that was. The monuments of Tabas, 1997).

Source:

RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP.362-363.

Articles Relatifs:

Le temple du feu

Pir-e Sabz

Yazd

Meybod

Ardakãn

Mehriz

Taft

Fahraj

Galerie Relative:

Galerie des images du temple du feu

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)