• Nombre de visites :
  • 3899
  • 7/11/2007
  • Date :

LA QUATRIEME GUERRE MONDIALE (4/1) : LA SRATEGIE AMERICAINE DE NON PROLIFERATION DES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE

   Notre analyse de l’actualité cette semaine constitue le quatrième article de notre série sur la « quatrième guerre mondiale », consacré à la stratégie américaine de non prolifération des armes de destruction massive au Moyen Orient. 

la politique nucléaire américaine
La politique nucléaire américaine vue par un universitaire américain …1

   « Nous devons empêcher les terroristes et les régimes en quête d’armements chimiques, biologiques et nucléaires, de les obtenir. Ces armements constituent une menace pour les Etats-Unis et pour le reste du monde. Notre but est de s’opposer aux régimes désirant menacer les Etats-Unis, ses amis et ses alliés par des armes de destruction massive ou en apportant leur soutien aux terroristes. Dans leur recherche d’armes de destruction massive, ces régimes ont placé le monde dans une situation dangereuse, allant de pis en pis. Les Etats-Unis ne permettront pas que ces régimes ne se transforment en une menace pour nous, en utilisant les armes les plus destructrices. »

Discours de G.Bush sur l’état de l’Union en janvier 2002

george bush lors d’un discours

 

Les armes de destruction massive

 

    L’expression « armes de destruction massive » est utilisée pour désigner les armes capables de provoquer des destructions massives et d’atteindre avec certitude l’objectif visé par celui qui les utilise2 . Les théoriciens n’ont toutefois pas pu, jusqu’aujourd’hui, se mettre d’accord sur ce concept, compte tenu des différents systèmes d’armes existants. Ces armes ont en effet un usage tactique, opérationnel et stratégique différent.

Ces systèmes d’armement ont trois caractéristiques effroyables :

- capacité de tuer plusieurs dizaines de milliers de personne à la fois

- capacité de projection de sorte que les civils et les forces armées en arrière du front n’en soient pas épargnés

- ces armes sont accessibles par des assaillants potentiels

attaque nucléaire de nagasaki par l’aviation américaine le 9 août 1945

On distingue trois types d’armes de destruction massive :

- les armes nucléaires : on citera les bombardements nucléaires des deux villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki par l’aviation américaine les 6 et 9 août 1945 sur ordre de Truman. Environ deux cent mille civils sont tués dans cette attaque .

enfant victime du bombardement nucléaire d’hiroshima par les etats-unis en août 1945

- les armes biologiques : on citera l’ « agent orange » utilisé par l’armée américaine contre la population vietnamienne dans les années 1970. Bien que les herbicides soient des agents chimiques, on les classe généralement dans la catégorie des bio régulateurs au même titre que les bio toxine, en terme d’arsenal biologique3 .

- les armes chimiques : on citera le bombardement chimique de la ville iranienne d’Halabja en 1988 par le régime baasiste avec de l’armement fourni par l’Occident (notamment l’Allemagne et les Etats-Unis). On citera également l’utilisation de munition à uranium appauvri par l’armée américaine en Afghanistan, en Irak ou par l’entité sioniste au Liban à l’été 2006.

victimes du bombardement chimique d’halabja par le régime bassiste irakien en 1988

Les motivations des états pour l’acquisition d’armes de destruction massive

 

Nous pouvons résumer les motivations qu’ont les états pour acquérir les armes de destruction massive comme suit :

- élever le niveau de sécurité du pays et sanctuariser le territoire national

- préserver les intérêts et les institutions à l’intérieur du pays

- obtenir prestige et respect sur la scène internationale

missile nucléaire intercontinental américain

   Les spécialistes américains sont de l’avis que les armes de destruction massive seront utilisées par d’autres pays pour atteindre l’un ou plusieurs des six objectifs suivants :

1. Terroriser les Etats-Unis : Les chercheurs américains affirment que la stratégie de dissuasion profiterait aux ennemis potentiels des Etats-Unis en  obligeant ce pays à peser le pour et le contre entre défendre des intérêts limités dans des crises régionales et préserver la sécurité de ses citoyens comme un objectif vital. En effet, quelle réponse auront à donner au peuple américain les responsables américains si une intervention régionale mettait en danger la sécurité de ses citoyens sur son propre territoire ?

caricature montrant l’aventurisme nucléaire de l’administration néo conservatrice américaine

2. Fragiliser les alliances sous influence américaine en terrorisant un ou plusieurs membres de l’alliance : plus encore, il est possible pour cette même raison que les Etats-Unis interdise à un allié proche de s’immiscer dans un conflit régional ce qui contribuerait à  affaiblir son système d’alliance dans la région concernée.

base militaire stratégique américaine de diego garcia dans l’archipel de chagos (océan indien)

   Il faut savoir que la chaîne de commandement militaire américain repose sur la mise à disposition par ses alliés sûrs de bases de redéploiement sur les zones de crise. Les Etats-Unis disposent par exemple de commandements régionaux, comme à Doha au Qatar qui abrite le CENTCOM régional ou au Bahrein qui abrite la 5ème flotte américaine. De ce fait, l’accès par les ennemis aux armes de destruction massive ne manquerait pas d’affaiblir le système d’alliance américain au niveau régional.

3. Gagner une bataille : par ailleurs, les armes de destruction massive pourraient être utilisées de façon tactique afin d’obtenir une supériorité sur l’ennemi dans une guerre ouverte. Ces armes permettent à ses détenteurs d’éliminer une grande partie des forces ennemies.  Les cibles d’attaques tactiques sont les installations militaires et les infrastructures qui ont une importance stratégique très grande. Il s’agit des ports, des aéroports, des centres de commandements, des sites de lancement de missiles balistiques et antiaériens ainsi que les centres de communications.

escadrille sioniste de f-15 vecteur nucléaire tactique de l’entité fourni par les etats-unis

4. Défaire un ennemi par « décapitation nationale » (destruction des centres de pouvoir) : Une autre motivation de se doter de ces armes, selon les américains, est la capacité de décapiter  le régime d’un pays (national decapitation). Une attaque surprise viserait les cadres d’un pays si bien que le pays devienne complètement paralysé.

irak : statues monumentales en bronze massif de saddam hussein (9 mètres de haut)

5. Déstabiliser la société ou affaiblir l’économie d’un concurrent international : l’attaque nucléaire sur le territoire d’un pays serait bien à même de paralyser, par répercussion, la vie économique de ce pays voire d’une région entière. On peut prendre l’exemple du détroit d’Ormuz qui, en tant que point de passage pour environ 45% des flux mondiaux d’exportation de pétrole brut, est un point géographique tout aussi vital pour les pays consommateurs que pour les pays dont l’économie dépend de l’exportation de leur production d’hydrocarbures… 

le détroit d’ormuz où transitent environ 18 millions de barils de brut par jour vers les marchés mondiaux

6. En guise de représailles vis-à-vis de l’ennemi : « Certains groupes militants islamiques considèrent les Etats-Unis comme les responsables des problèmes politiques, économiques et sociaux que rencontrent leur pays. Ces groupuscules considèrent qu’il existe un complot américano sioniste qui vise à établir une domination étrangère sur le monde islamique. Cet état d’esprit est particulièrement vivant  en Iran et si à cela s’ajoute un sentiment d’échec militaire (venant de la part des iraniens), il se peut que la décision de l’Iran pour punir les Etats-Unis à tout prix se fasse plus ferme encore »6 .

bush rendant visite à au lobby sioniste en territoire américain (aipac)

   La stratégie américaine fait une place importante à la non-prolifération des armes de destruction massive, et en particulier des armes nucléaires. C’est pourquoi nous nous concentrons ici sur ce type d’armes.

utilisation de munitions à l’uranium appauvri par les forces américano sionistes sur différents théâtres d’opération

Les armes de destruction massive au Moyen Orient

 

    Les stratégistes américains sont convaincus que la région du Moyen Orient est une région où les rivalités de puissances régionales continueront dans le sens de l’établissement d’une domination régionale.

occupation américaine

   Cette recherche de puissance s’exprimera pleinement sur la scène internationale, en particulier au travers de l’acquisition de l’arme nucléaire et d’un arsenal balistique adapté. Gagner la considération de ses voisins, des acteurs régionaux majeurs ainsi que des puissances occidentales, reste la principale motivation de ces efforts 7. Du point de vue du « Groupe de recherche de la présidence américaine », la plus grave menace sécuritaire à l’encontre des Etats-Unis au Moyen Orient, serait de voir des pays hostile à la politique et aux intérêts américains dans la région accéder à la technologie nucléaire militaire. C’est pourquoi la non-prolifération des armes nucléaires dans la région doit être la première priorité du président des Etats-Unis. En cas d’échec, le pays ayant obtenu l’arsenal nucléaire dans la région doit être puni et empêcher de jouir des retombées liées à l’obtention de cet arsenal8.

lettre
"You will do well to try to innoculate the Indians by means of Blanketts, as well as to try every other method that can serve to Extirpate this Execrable Race. I should be very glad your Scheme for Hunting them Down by Dogs could take effect, but England is at too great a Distance to think of that at present." 9

 

   Selon les chercheurs du think tank américain RAND, trois groupes de pays au Moyen Orient sont objet d’inquiétude des Etats-Unis concernant la prolifération d’armes nucléaires :

- le premier regroupe les pays qui n’ont pas d’arsenal d’armes de destruction massive mais qui montrent leur intérêt d’en acquérir. Il s’agit de Maroc, du Liban, de la Jordanie et des monarchies du Golfe. Il est très peu probable que ces pays considèrent la détention de ce type d’arsenal comme possible ou même utile

- le second regroupe les pays qui ont déjà un tel arsenal ou qui cherche à l’obtenir sans toutefois pouvoir y parvenir seuls. Les ressources technologiques et les matières fissiles doivent être importées depuis l’extérieur. Il  s’agit de l’Algérie, de la Libye et de l’Arabie saoudite

- le troisième regroupe les pays qui soit détiennent ce type d’arsenal, soit sont en passe de l’obtenir sur la base d’une compétence et d’une technologie industrielle, militaire et balistique domestique. Cette capacité domestique peut venir de l’activation de réseaux de prolifération internationaux. Il s’agit de l’Egypte, de l’Iran et de l’entité sioniste. La Turquie fait également partie de ce groupe, compte tenu de l’insécurité et de l’instabilité existant à ses frontières ainsi que de l’incertitude quant à sa relation future avec l’Occident .

La motivation et l’intérêt des pays du Moyen Orient pour obtenir un arsenal nucléaire sont donc très forts et le resteront pendant les décennies à venir. C’est pourquoi les Etats-Unis doivent s’opposer à ces efforts afin d’assurer ses intérêts sur le long terme...

 

 (A suivre…)

 

http://www.afsc.org/newengland/joseph-gerson-bio.htm

2  John Baylis, Strategy in the Contemporary World

3  Voir par exemple: http://www.sunshine-project.org/

http://en.wikipedia.org/wiki/Decapitation_strike

5  Richard Falkenrath, America’s Achilles’Heel

6Idem

7 Zalmay Khalilzad and Ian Lesser, Sources of conflict for the 21st century, Rand Corporation, 1998: 

http://www.rand.org/pubs/monograph_reports/MR897/

8 Groupe de recherche de la présidence américaine, « Les politiques américaines dans le Moyen Orient (2001-2005) »

9 - Lord Gen. Jeffrey Amherst, British Commander-in-Chief of America, to Col. Henry Bouquet 16 July 1763.This Amherst is indeed the namesake of the college and city in Massachusetts.  Bouquet, a Swiss mercenary, was subsequently promoted to Brigadier General and placed in charge of British military forces in the then-colonies of the southern US.  He died in 1765, ironically, it is believed, from yellow fever.

 

 

Articles relatifs au sujet :

La quatrième guerre mondiale : du début à aujourd’hui (1 / 7)

La quatrième guerre mondiale (2 / 7)

La quatrième guerre mondiale (3) : la stratégie de la guerre préventive

LA QUATRIEME GUERRE MONDIALE (4/2) : LA SRATEGIE AMERICAINE DE NON PROLIFERATION DES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE

La quatrième guerre mondiale (6) : la stratégie d’expansion démocratique

Guerre mondiale (7 /7) : la stratégie de « nation building »

 

Liens utiles :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Zalmay_Khalilzad

http://www.rand.org/pubs/monograph_reports/MR897/

www.iaea.org

 

Les derniers commentaires des utilisateurs
Inconnu
Analyse intéressante. Continuez.
Réponse de Tebyan : Nous vous remercions de votre message
Lundi 20 Octobre 2008
  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (1)