• Nombre de visites :
  • 1826
  • 29/9/2011
  • Date :

Une ville fondée par Ardashir Ier

vue aérienne de l’ancienne ville sasannide

   A 3 km de l’actuelle Firuzãbãd, cette ancienne ville fut fondée par Ardashir Ier (220-241), au lieu même où il vainquit le dernier roi parthe, Artaban IV. Son premier nom, «Ardashir Khurrah» («A la gloire d’Ardashir») ou Gur, fut remplacé par «Firuzãbãd» au Xe s.

Son plan circulaire, comme tracé au compas, a un diamètre de 2 km. Il est exemplaire d’une conception qui fait de la cité un miroir de l’univers et de l’homme.

   Le cercle est d’une symbolique universelle: on le retrouve dans le symbole d’Ahura Mazda, les couronnes et l’anneau de pouvoir des rois. Il peut évoquer le Ciel, les cycles astrologiques, l’infini et la perfection. Dans l’enceinte, quatre portes étaient orientées vers les points cardinaux: elles portaient les noms de Mithra (Soleil), Bahram (Mars), Hormuz (Jupiter), Ardashir.

Au centre de la ville, se trouvaient des édifices royaux et sacrés; entre les murailles et le quartier royal, les maisons étaient distribuées en quartiers, reliées par des rues en cercles ou rayonnant du centre à la périphérie.

   Le seul vestige important est une tour quadrangulaire, surnommée «le minaret» par la tradition locale. Sa partie haute est ruinée. Haute de 30 m, elle était située au centre exact de la ville; aujourd’hui, elle domine des champs et des terrains vagues. Tour d’observation, symbole de pouvoir, marque symbolique (tel un omphalos), elle était couronnée d’un autel du feu et taisait peut-être partie d’un temple ou d’un palais. Au nord-est de la tour, également dans le périmètre royal, une plate-forme carrée est tout ce qu’il reste d’un temple du feu, sans doute le premier construit en Iran (Takht-e Nishin). Dans l’enceinte de la Firuzãbãd sãssãnide, plusieurs Imãmzãdehs ont été construits à l’époque islamique.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005,P.391.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)