Articles liés
  • La Fondation de Pahlavi comme œuvre de bienfaisance
    La Fondation de Pahlavi comme œuvre...
    Des protestations dues à la corruption financière ont eu lieu face au Chãh et à la dynastie. Le Chãh, pour faire taire ces contestations...
  • La corruption financière de Mohammad Ridhã Pahlavi (1)
    La corruption financière de Mohammad...
    Mais la corruption financière de la deuxième cours de pahlavi était beaucoup plus dangereuse que celle du premier Pahlavi pour la bonne raison que Ridhã Chãh...
  • Les biens de Ridhã Khãn
    Les biens de Ridhã Khãn
    L’essentiel des biens et de la fortune de la dynastie Pahlavi plonge ses racines dans les biens et les terres confisqués par Ridhã Khãn...
  • Nombre de visites :
  • 7095
  • 6/1/2013
  • Date :

La résidence principale de Mohammad Ridhã Pahlavi

le palais de niãvarãn

   Edifié en 1968 par l’architecte iranien Mohsen Foroughi sur deux étages et demi, ce palais, au départ construit pour héberger les hôtes étrangers de la famille royale, fut la résidence principale de Mohammad Ridhã Pahlavi et de sa famille jusqu’en 1979.

L’architecture du palais de Niãvarãn de forme rectangulaire s’inspire des apports européens et modernes, mais on y retrouve aussi plusieurs éléments de l’architecture iranienne traditionnelle.

   On peut ainsi y admirer l’art de maîtres iraniens traditionnels tels que Ostãd ’Ali Asghar pour les miroirs, ou encore Ostãd Ibrãhim Kãzempour pour les céramiques à l’extérieur. La majorité de la décoration intérieure a néanmoins été conçue par des décorateurs français.

Ce palais nous montre le lieu d’habitation des membres de la famille pahlavi tel qu’ils semblent l’avoir laissé lors de la Révolution islamique: la grande majorité des objets est en effet en place et donne cette impression que le palais était encore habité récemment.

   Au rez-de-chaussée, dont le sol est fait de pierre noire, se trouvent un grand hall, un salon, une salle à manger, un cinéma privé, une pièce réservée à la réception des invités… Ce qui frappe essentiellement le visiteur est que, à l’exception des tapis, l’ensemble des meubles et décorations est essentiellement européen, de la porcelaine de Limoges aux meubles qui semblent tout droit venir d’un intérieur parisien. Cette même impression demeure tout au long de la visite: à mi-étage où se trouvent notamment le bureau du Shâh et de son épouse et la salle de conférence, jusqu’au premier étage où l’on peut voir les chambres des enfants et de leurs gouvernantes.

Les meubles et les jeux sont encore en place; jeux qui auraient pu être ceux de n’importe quel enfant européen des années 1970: des maquettes des derniers modèles d’avion de l’époque, des poupées, des peluches, jusqu’aux autocollants apposés ça et là représentant les figures les plus connues des dessins animés américains de l’époque.

   Les tableaux de style futuriste ornant les couloirs viennent compléter l’ensemble. Cette visite permet ainsi de saisir l’ensemble du fossé qui pouvait exister entre le mode de vie de la famille royale et les classes traditionnelles iraniennes de l’époque, et de comprendre l’une des raisons ayant conduit à la Révolution. Ce qui frappe également est que le palais et l’ensemble de ses objets soient restés aussi préservés, et n’aient pas fait l’objet de pillages importants durant la Révolution. Il constitue ainsi un témoignage indéniable d’une époque, ainsi que de la culture et du style de vie des dirigeants iraniens d’avant la Révolution pour la nouvelle génération née après 1979.

Source: Teheran.ir

Article Relatif:

Les biens industriels de la fondation Pahlavi

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)