• Nombre de visites :
  • 5930
  • 4/2/2016
  • Date :

Eléments préalables de l’architecture iranienne

architecture iranienne

   Si l’on admet que l’architecture constitue en son essence le lieu ultime où l’homme et la nature se rencontrent (et forcément se séparent), un lien entre l’espèce humaine et son entourage (socioéconomique, naturel, culturel…), et si l’on accepte encore que le rapport instauré avec la nature dans l’architecture iranienne est un lien basé sur le respect de la nature et la dignité humaine, cette architecture peut être considérée comme un point fort des Iraniens tout au long de leur histoire.

Nous ne parlons bien entendu pas de la situation actuelle que vit l’homme urbain, dont les habitants des grandes villes iraniennes, et qui est basée notamment sur une séparation fondamentale entre forces du travail et biens produits, sur un large fossé entre ville et campagne (et donc entre urbains et ruraux), ou encore sur une discrimination de plus en plus forte entre logements de luxe et logements sociaux/petits appartements.

   Nous parlons d’une époque où l’homme était davantage en harmonie avec lui-même et autrui, avec la nature, bref, où la culture était étroitement liée à la nature et vice-versa, peut-être où il existait une sorte de biopolitique, telle que l’évoque Michel Foucault et que reprend Giorgio Agamben. Ce n’est pas d’une communauté primitive que je parle, ni non plus des idéaux rousseauistes de retour à la nature, mais d’une ère pas si lointaine où le corps et le cœur étaient davantage en accord, où les carcans des règles sociales n’entravaient pas l’homme autant qu’ils le font de nos jours. Nous parlons ici d’un Iran dont l’architecture belle et riche n’avait rien à envier à ses lettres.

architecture iranienne

   L’architecture traditionnelle iranienne se définit aux côtés du jardin persan (et peut-être a priori vis-à-vis de lui). C’est que presque toute vieille maison iranienne était entourée ou côtoyée par un jardin à l’iranienne, tant apprécié par les orientalistes et les voyageurs, les étrangers et les touristes qui venaient et viennent en ce pays ancien.

(à suivre…)
Source: Teheran.ir

Articles Relatifs:

Musée vert (Palais de shãhvand)

Le Takyé

La mosquée Jãmeh

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)