• Nombre de visites :
  • 540
  • 17/9/2007
  • Date :

Foot - UEFA - Bleus - Domenech reste suspendu

04/09/2007

Foot - UEFA - Bleus - Domenech reste suspendu

 

   La commission d'appel de l'UEFA a confirmé, mardi, la suspension pour un match de Raymond Domenech suite à ses déclarations sur un ancien Italie - France Espoirs «acheté». Elle a en revanche levé l'amende de 6000 euros à laquelle il avait été condamné en première instance. Le sélectionneur a plaidé personnellement sa cause, dans la matinée, en compagnie du président Jean-Pierre Escalettes

   La suspension de Raymond Domenech, qui a un effet immédiat, le prive de banc, de vestiaire et de communication avec son banc de touche pour le choc en Italie programmé samedi à Milan dans le cadre des qualifications pour l'Euro 2008. Une place lui sera réservée en tribune. Il ne semble pas avoir l'intention d'y renoncer, malgré l'accueil hostile que devrait lui réserver le public milanais après ses déclarations.

 

Seul recours possible : le TAS, qui n'est pas obligé d'accepter

   En cas de nouveau désaccord, Raymond Domenech ne peut désormais que s'en remettre au Tribunal arbitral des sports de Lausanne. Celui-ci serait alors libre d'accepter ou non ce recours. Il lui appartiendrait aussi de le considérer comme suspensif, ou pas. Le sélectionneur n'a souhaité faire aucune déclaration en Suisse, pas plus que le président de la FFF. Il doit s'exprimer à Clairefontaine, en début d'après-midi. Un rendez-vous prévu depuis plusieurs jours, qu'il semble en mesure d'honorer.

    Les motivations de la décision de l'UEFA seront connues mardi en fin d'après-midi. Lors du premier jugement, Raymond Domenech avait été puni pour avoir «discrédité le football», une phrase qu'il n'avait pas souhaité commenté, jeudi dernier, quand il avait été interrogé sur la façon dont il la ressentait. Il avait cependant indiqué que l'idée d'être suspendu pour le match de Milan ne l'effrayait pas outre mesure.

 

«Le côté people, si on pouvait le bâcler, ça m'arrangerait»

   «Je vais essayer de prouver qu'un entraîneur ne sert pas à grand chose le jour du match et qu'une grande équipe est capable de se prendre en charge, avait indiqué le sélectionneur. Cela a toujours été mon rêve d'entraîneur. Les joueurs n'ont pas besoin de demander en permanence au mec d'à côté : ''qu'est ce qu'il faut faire?'' J'avais prévu d'être sur le banc, j'avais envie d'être sur le banc, mais ce n'est pas ma décision. Mais si l'équipe est prête, elle se passera de moi si nécessaire le jour du match.»

   Apparu crispé et sévère à Nyon, Raymond Domenech avait aussi laissé filtrer une certaine lassitude après le jugement en première instance. «Il faut arrêter, on ne prépare pas mon procès, on prépare les qualifications pour l'Euro. Le côté people tout autour du match, si on pouvait le bâcler, ça m'arrangerait.» -

Source : "+KWord()+"") } function fillQsParams() { var query = window.location.search.substring(1); var parms = query.split('&'); for (var i=0; i 0) { var key = parms[i].substring(0,pos); var val = parms[i].substring(pos+1); qsParm[key] = val; } } } function KWord() { if(qsParm['KEYWORD']!=undefined) { t = ''; t = t.replace(/\+/gi," "); t = t.replace(' ',''); t = t.replace('%20',''); return t; } }

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)