• Nombre de visites :
  • 2646
  • 17/9/2007
  • Date :

Braquage au musée des Beaux-Arts de Nice, quatre tableaux dérobés

 

musée des Beaux-Arts de Nice

   Quatre ou cinq hommes masqués et armés ont braqué dimanche le personnel du musée des Beaux-Arts de Nice pour s'emparer de quatre tableaux d'une valeur inestimable, deux Bruegel ainsi qu'un Sisley et un Monet déjà volés il y a moins de dix ans.

   Selon Monique Bailet, directrice générale adjointe du musée, deux des oeuvres dérobées sont les mêmes que celles déjà volées dans les mêmes locaux le 21 septembre 1998: il s'agit de deux huiles sur toile, l'une de Claude Monet (1840-1926) Falaises près de Dieppe de 1897 (65cmx87cm), et l'autre d'Alfred Sisley (1839-1899), Allée de peupliers de Moret ,de 65cmx81cm, peinte en 1890.

 

Ces deux tableaux avaient été retrouvés intacts une semaine après leur vol de 1998 dans un bateau en réparation dans le port de Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes).
 

   Le conservateur de l'époque, Jean Fornéris, avait été condamné en juin 2002 à cinq ans de prison dont 18 mois ferme par la cour d'assises des Alpes-maritimes pour avoir mis en scène le vol des tableaux par deux complices, également condamnés.

   Allée de peupliers de Moret avait lui-même déjà été volé en 1978 alors qu'il avait été prêté par Nice pour une exposition à Marseille, mais retrouvé quelques jours plus tard dans les égouts de cette dernière ville.Les deux autres oeuvres volées dimanche sont signées Jan Bruegel dit de Velours et sont connues sous le nom d'Allégorie de l'eau et Allégorie de la terre.

  Les deux Bruegel appartiennent à la ville de Nice, le Sisley et le Monet proviennent du musée d'Orsay et étaient en dépôt, a précisé dans un communiqué la ministre de la Culture Christine Albanel, en exprimant son indignation et sa tristesse après ce vol.La ministre a aussi salué le sang froid des agents du musée qui a permis d'éviter des violences à l'égard du public présent et a appelé les malfaiteurs à restituer les oeuvres, formant le voeu qu'elles ne subissent aucune dégradation.La brigade de répression du banditisme de la PJ de Nice chargée de l'enquête juge sérieuse la piste d'une commande car ces oeuvres sont considérées comme invendables sur le marché.Les braqueurs aux visages dissimulés, et casqués pour au moins deux d'entre eux, se sont présentés aux alentours de 13H00 au musée des Beaux-Arts Jules Chéret situé dans le centre-ville de Nice et dont l'entrée était gratuite ce dimanche. Cinq ou six visiteurs se trouvaient dans les lieux, selon la police.

   Le commando s'est ensuite réparti entre le rez-de-chaussée et le premier étage en menaçant au moins quatre employés du musée.

 

Un des employés du premier étage m'a raconté qu'ils lui avaient demandé de s'allonger avant de mettre les tableaux dans des sacs. Ils auraient voulu en emporter un cinquième mais n'auraient pas eu la place, selon Mme Bailet.

 

Le mode de fuite des braqueurs n'était pas connu dimanche soir.

   Le musée des Beaux-Arts de Nice est abrité dans une villa de style génois néo-classique construite en 1878 par la princesse ukrainienne Elizabeth Kotschoubey.

   La ville de Nice l'a acquise en 1925 pour en faire le Musée des Beaux-Arts Chéret inauguré en 1928.Il présente une très belle collection d'impressionnistes, post-impressionnistes et pompiers, plusieurs Dufy ainsi que des sculptures, de Rodin et Carpeaux notamment.

 

Source: www.AFP.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)