• Nombre de visites :
  • 4669
  • 17/9/2007
  • Date :

Histoire d’Alger (1)

bab el-oued

   Alger, surnommée «Al Bahdja» («La Radieuse») ou «la Blanche» est la capitale de l’Algérie et la plus grande ville du pays. Avec trois millions d’habitants, l’agglomération du grand Alger regroupe 10% de la population algérienne. Alger est bâtie sur les contreforts des collines du Sahel algérois. Les 230 km² de la métropole s’étendent sur une trentaine de kilomètres. La ville est bordée au nord et à l’est par la mer Méditerranée, et dominée par la Casbah, la vieille ville.

La ville d’Alger (ou plutôt l’Alger précolonial, la Casbah) a cinq portes: Bab El-Oued, Bab Azzoun, Bab Dzira, Bab El Bhar, et Bab Jedid. Une sixième porte aurait existé, celle de Bab Sidi Abd Rahmane mais la majorité des historiens en doutent.

   Ikosium, le comptoir phénicien, qui deviendra la capitale de l’état algérien a vraisemblablement été fondé au VIIème siècle avant l’ère chrétienne. La cité devient ainsi un municipe romain sous le nom latinisé d’Icosium. En 75, elle reçoit le droit latin de l’empereur Vespasien. Le site de la cité avait alors pour limites: le lycée Emir Abdelkader, le square Port Said, la mosquée Ketchaoua et le quartier de la Marine.

   Après la chute de l’empire romain, l’histoire d’Alger se confond avec les bouleversements des invasions vandales (429-534). Nous signalerons, toutefois, qu’au cours de cette période, la ville a été pendant un laps de temps le siège d’un évêché. Au cours du 7ème siècle, à l’aube de l’Islam, s’installe sur le site la tribu des Beni Mezrenna. Qui s’adonne à l’agriculture et à l’élevage. Elle entretient, par ailleurs, des relations commerciales avec les villes de la rive nord de la Méditerranée. En 340H / 952 JC., Bologuine Ibn Ziri Ibn Manad fortifie et agrandit le site occupé par les Beni Mezghana et lui donne le nom d’El-Djazair, par référence aux quatre îlots qui faisaient face au rivage. Ce nom donnera, par altération, Alguère en catalan (1375), puis Alger.

A partir de cette période, l’histoire de la ville d’Alger, est intimement liée à celle du Maghreb central. Du 10ème au 15ème siècle. El Djazair subit la domination de tous les prétendants qui se sont disputés le pouvoir au Maghreb central. Alger a ainsi été, du 10ème au 15ème siècle, à la fois et selon les circonstances, Ziride, hammadite, Almoravide, Almohade, Hafside, abdelwadide puis, enfin, indépendante.

Sources:

http://fr.wikipedia.org

http://www.alger-dz.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)