• Nombre de visites :
  • 717
  • 17/9/2007
  • Date :

L'ONU et l'Union Africaine s'engagent à renforcer leur relation .

L'ONU et l'Union Africaine s'engagent à renforcer leur relation .

 

Des  membres du Conseil de sécurité de l'Onu ont entamé samedi en Ethiopie une tournée de soutien à l'Union Africaine (UA), centrée sur les opérations de maintien de la paix au Darfour et en Somalie. Les 15 ambassadeurs se sont rendus au siège de l'UA à Addis-Abeba, première étape de cette tournée qui doit les conduire au Soudan, au Ghana, en Côte d'Ivoire et en République démocratique du Congo.

Nous sommes ici pour avoir une bonne conversation avec l'UA sur la situation en Afrique et le renforcement des capacités de l'UA à mener des missions de maintien de la paix et de prévention des conflits, a déclaré Zalmay Khalilzad, l'ambassadeur des Etats-Unis.

L'ONU et l'Union africaine seront appelées  à coopérer et à travailler pour résoudre les conflits du continent africain. Les Représentants du Conseil de Sécurité de l'ONU et de l'Union africaine ont souligné, dans leur déclaration finale, leur engagement à développer et à renforcer leur coopération pour résoudre les conflits actuels  et pour établir la paix en Afrique.

Une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU est arrivée dimanche à Khartoum où elle souhaite obtenir confirmation du feu vert donné par le Soudan au déploiement d'une force hybride de maintien de la paix dans la région du Darfour.

Le Soudan avait donné mardi son accord à l'opération, consistant à remplacer l'actuelle force africaine au Darfour, composée de 7.000 hommes mal-équipés et sous-financés, par une force hybride, forte de plus de 20.000 soldats et policiers chargés de sécuriser cette région de l'ouest du Soudan.

L'ONU et l'UA ont souhaité samedi, lors de la visite de la délégation à Addis Abeba, que cette force soit mise en place le plus vite possible et que le président Béchir confirme dimanche son feu vert.

Le temps est venu de mettre en place la force hybride, et nous voulons que cela se fasse le plus vite possible, a déclaré à la presse l'ambassadeur d'Afrique du Sud auprès du Conseil de sécurité de l'ONU, Dumisani Kumalo.

Depuis le début du conflit au Darfour en 2003, 200.000 personnes sont mortes à la guerre , selon des estimations d'organisations internationales contestées par Khartoum. 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)