• Nombre de visites :
  • 534
  • 17/9/2007
  • Date :

Manouchehr Mottaki : « Les perspectives des négociations avec Javier Solana sont très positives »

Manouchehr Mottaki : « Les perspectives des négociations avec Javier Solana sont très positives »

 

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a affirmé que les négociations avec le Haut représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère sont envisagées dans une perspective très positive.

Le chef de la diplomatie iranienne dans ses entretiens avec le premier ministre arménien, Serzh Sargsyan, a également évoqué les récents entretiens entre l'Iran et l'AIEA, les qualifiant de très constructives et conforme aux efforts entrepris afin d’instaurer la confiance sur le programme nucléaire iranien.

Il a réitéré que les deux entretiens entre l'Iran et l’AIEA et les négociations entre Ali Larijani et Javier Solana constituent des signes donnés par la République Islamique d’Iran sur sa volonté résolue d’un Iran soucieux de répondre à la demande de la nation iranienne pour un plein accès à la technologie nucléaire à des fins pacifiques.

Le ministre iranien des Affaires étrangères évoquant les problèmes de sécurité qui règnent en Irak, a précisé que les politiques inadaptées des USA adoptées en Irak ont compliqué les conditions dans le pays et que ce sont les Irakiens qui payent le prix fort face aux événements tragiques qui endeuillent leur vie au quotidien.

Manouchehr Mottaki a affirmé que la solution de problème est de rechercher les racines profondes des problèmes et de laisser le gouvernement irakien élu y répondre. Le ministre iranien des Affaires étrangères a souligné que les deux pays ont conclu des accords fructueux concernant la construction d'une raffinerie, des voies de chemin de fer et d'une usine de production d’automobiles.

Précisant que le volume des échanges économiques de l'Iran avec des pays du monde s’élève à plus d'un milliard de dollars américains. Manouchehr Mottaki a évoqué également les nouvelles raisons d’élargir la coopération entre Téhéran et Erevan, affirmant que désormais d’autres secteurs sont concernés par une coopération bilatérale comme le système bancaire qui ne pourra que faciliter l’essor des échanges économiques entre les deux pays.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)