• Nombre de visites :
  • 2527
  • 10/9/2007
  • Date :

La dépression

  

dépression

   

Dans les sociétés modernes, de nombreux facteurs sont réunis pour favoriser l’émergence fréquente d’états dépressifs.
 

• Des facteurs nutritionnels comme un déficit chronique en vitamines B sur la population adulte (hommes et femmes confondus).

• Des facteurs sociologiques : Le stress joue un rôle déterminant dans le développement des états dépressifs.

• Le stress au travail : Surmenage, fatigue et travail sous pression.

•Le stress à l’école et dans les études : La pression des parents et de la société qui cultivent le culte de la réussite scolaire et universitaire, l’espoir d’une future réussite sociale.

• Le stress dans les relations avec autrui : conflits, difficultés de communication, mauvaise image de soi dans une société du paraître sont autant de sources de stress.

Le stress existentiel : des guerres, des changements climatiques, la mondialisation, des phénomènes qui échappent à notre contrôle viennent assombrir notre avenir et celui de nos enfants.

   Physiquement le corps ne peut pas régulariser le stress. Le cerveau ne fabrique plus assez de substances stimulantes pour vous aider et vous inciter à aller de l’avant. De nouveaux maux s’installent : fatigue physique et intellectuelle, perte de mémoire, difficultés de concentration, perte d’intérêt et de curiosité intellectuelle, perte d’appétit sexuel .C’est une dépression.

   Les états dépressifs peuvent être combattus par la nutrithérapie. La nutrithérapie peut également accompagner d’un traitement médicamenteux classique qui vous sera prescrit par votre médecin. 

   Le magnésium contribue à régulariser le stress. S’il y a insuffisant de magnésium, un état de stress chronique s’installe et à un moment donné, l’organisme ne peut plus produire cette substance clé. Par ailleurs le magnésium contribue à activer l’action des vitamines B. Sans magnésium, les vitamines B deviennent inopérantes.

- Des vitamines du groupe B (B2, B3, B5, B6, B8, B9), qui préviennent l’apparition de l’anxiété, laquelle induit la survenue du stress.

- Des acides gras oméga-3, qui influent sur l’équilibre émotionnel. Selon diverses études scientifiques, il y aurait des liens directs entre l’augmentation du nombre de dépression et la modification des habitudes alimentaires. Ces modifications relativement récentes à l’échelle de l’homme induisent un déséquilibre d’apport en acides gras. Il faut donc se supplémenter en oméga-3 en abaissant simultanément sa consommation d’oméga-6.

 

Source : www.lasante.net

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)