• Nombre de visites :
  • 995
  • 20/10/2007
  • Date :

Benazir Bhutto a livré à la police trois noms de suspects

 

Attentat

Attentat visant Benazir Bhutto de retour d'exil, commis le 18 octobre 2007 à Karachi

 

 

     La police pakistanaise enquêtait samedi sur une liste de suspects donnée au président Pervez Musharraf par l'ex- Premier ministre Benazir Bhutto, visée jeudi par un l'attentat suicide à Karachi (sud) qui a fait au moins 139 morts, le jour de son retour de huit ans d'exil.

   Mme Bhutto a affirmé dans un entretien à la BBC qu'elle avait envoyé au général Musharraf les noms de trois personnes qu'elle soupçonne d'être impliquées dans l'attentat suicide le plus meurtrier de l'histoire du Pakistan, survenu à proximité du camion blindé dans lequel elle menait un gigantesque défilé pour célébrer son retour au pays après huit années d'exil.

   "J'ai fait part de ces noms au général Musharraf et l'un de ces suspects est quelqu'un qu'ils surveillaient déjà", a expliqué l'ex-Premier ministre (1988-1990 et 1993-1996), tout en refusant de livrer ces noms au public.

 

   L'enquête progresse dans la bonne direction mais, une fois encore, nous éviterons de pointer du doigt tel ou tel ou même d'accuser certains groupes de combattants islamistes" avant d'avoir des certitudes, a précisé le chef de la police de Karachi, Azhar Farooqi.   Des responsables du Parti du Peuple Pakistanais (PPP) de Mme Bhutto ont dit que sa liste de suspects comprenait "des hauts responsables de l'armée".

 

Bhutto

L'ex-Premier ministre du Pakistan Benazir Bhutto, le 19 octobre 2007 à Karachi

 

 

   Bhutto a également assuré qu'elle avait reçu des avertissements. Les services de sécurité lui avaient fait savoir que des cellules d'Al-Qaïda, des groupes de talibans aussi bien afghans que pakistanais, mais aussi une organisation de combattants intégristes basée à Karachi, mégalopole de 12 millions d'habitants, préparaient des attentats pour son retour au pays.

   Mme Bhutto, 54 ans, a également, au lendemain de l'attentat, accusé des anciens dignitaires du régime militaire du général Zia ul-Haq, qui dirigeait le pays il y a plus de 20 ans (1977-1988), et qui avait renversé puis fait exécuter son père, le Premier ministre Zulfiqar Ali Bhutto, en 1979.Le général Musharraf, lui-même à la tête du pays depuis un coup d'Etat sans effusion de sang il y a huit ans, a promis à Mme Bhutto d'arrêter les coupables.L'époux de Mme Bhutto a accusé, dès la nuit du drame, une agence des services de renseignements du gouvernement d'avoir perpétré l'attentat.

   La police a également assuré vendredi avoir retrouvé la tête du kamikaze présumé. Avant l'attentat, la presse avait rapporté qu'un des principaux commandants des combattants islamistes proches des talibans et d'Al-Qaïda qui infestent les zones tribales du nord-ouest du pays, Baïtullah Mehsud, avait promis d'accueillir Mme Bhutto par un attentat.

  

Source : www.afp.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)