Articles liés
  • IMAM ‘ALI
    IMAM ‘ALI
    L’Imam ‘Ali fils dAbu Talib était le cousin et le « frère » du Prophète Mohammad. Sa mère était Fâtimà, fille dAssad...
  • Clip à l’occasion de Ghadir Khom
    Clip à l’occasion de Ghadir Khom
    Ô Messager, transmets ce qui ta été descendu de la part de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu naurais pas communiqué Son message.
  • Extrait du discours du Saint Prophète de l’Islam à Ghadir Khom
    Extrait du discours du Saint Prophète...
    Une fois le pélérinage accompli, le 18 du mois Dhu al-Hijja de l’an 10 de l’hégire lunaire, soit le lundi 16 mars 632...
  • Nombre de visites :
  • 248
  • 16/12/2011
  • Date :

La politique révolutionnaire de l’Imam concernant le domaine fiscal

imam ali

   Dans ce domaine l’Imam ’Ali a centré son attention sur deux questions importantes:

a) Les fortunes illégalement amassées sous ’Othmãn;

b) Le mode de distribution préférentiel des payes.

   L’Imam a, en effet, confisqué toutes les propriétés foncières que ’Othmãn avait concédées, ainsi que tous les biens considérables qu’il avait offerts à l’aristocratie. Il a annoncé sa politique de distribution des biens, en ces termes:

«O gens! Je suis l’un de vous. J’ai les mêmes droits et les mêmes devoirs que vous. Je vous conduis sur la voie de votre Prophète (P), et j’applique sur vous ce qu’il a ordonné. C’est pourquoi toute propriété concédée par ’Othmãn et tout bien donné par lui, doivent être restitués à la Trésorerie. Car rien ne saurait abolir le bon droit (Al-Haq). Je reprendrais les biens appartenant au Trésor public, même s’ils ont été dépensés pour un mariage ou pour la possession de servantes, ou même s’ils étaient dispersés dans différents pays. La justice est large. Celui qui ne supporte pas le bon droit, pourra encore moins supporter l’injustice». (1)

   Peut-être les dirigeants de la classe des riches ont-il, voulu monnayer leur obéissance à l’Imam contre son acceptation de passer l’éponge sur ce qu’ils avaient obtenu auparavant. C’est pourquoi, ils ont délégué auprès de lui Al-Walîd Ibn ’Oqaba Ibn Al-Muït, lequel a dit à l’Imam:

«O Abû Al-Hassan(2)! Tu nous as tous molestés alors que nous sommes tes frères et tes homologues des Bani Abd Munãf. Nous te prêtons serment d’allégeance aujourd’hui, à condition d’oublier les biens que nous avons obtenus sous ’Othmãn, et de tuer ses assassins. Mais si nous sommes acculés à te craindre, nous te laisserons et nous rejoindrons Damas». (3)

   L’Imam ’Ali leur a répondu très clairement qu’il était déterminé à poursuivre l’application de la réforme qu’il avait entreprise: «Quant à ce bien public, personne n’y a de privilège. Dieu l’a déjà alloué. C’est le bien de Dieu, et vous! Vous êtes les serviteurs musulmans de Dieu. Nous avons comme juge, le Livre de Dieu que nous avons admis et auquel nous nous sommes convertis, et la Sunna de notre Prophète (P). Celui qui n’est pas content, qu’il aille faire ce qu’il veut». (4)

Notes:

1. "Nahj Al-Balãghah", Tom. I, p. 59, et "L’explication de Nahj Al-Balãghah", Tom. I, pp. 269-270.

2. C’est-à-dire, père d’Al-Hassan.

3. "L’Explication de Najh Al-Balãghah", Tom. VII, pp. 37-40.

4. Idem.

Source: L’IMAM ’ALI, Edité et traduit par Abbas Ahmad Al-Bostani, Canada, 2000.

Articles Relatifs:

La politique révolutionnaire de l’Imam concernant le domaine juridique

Le Noble Prophète avait désigné l’Imam ’Ali comme son successeur (2)

Le Noble Prophète avait désigné l’Imam ’Ali comme son successeur (1)

Lorsque l’Imam ’Ali  était à la tête du pouvoir

Le modèle parfait de l’école islamique

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)