Articles liés
  • Nombre de visites :
  • 509
  • 21/8/2011
  • Date :

Le Saint Coran révélé par Allãh

le saint coran

   Nous croyons que le "Coran" est révélé par Allãh à travers Son Prophète et qu’il traite de tout ce qui est nécessaire pour la Guidance de l’humanité. Il est le miracle éternel du Prophète, qu’aucun esprit humain n’a jamais pu imiter, que ce soit au niveau de son éloquence et de sa rhétorique, au niveau des Connaissances et des Vérités qu’il présente. Ce Saint Livre n’a pu subir aucun changement, aucune modification, ni aucune altération(1).

Le Coran que nous lisons aujourd’hui est exactement celui qui a été révélé au Saint Prophète. Quiconque prétend la contraire ou autre chose à ce propos, est pécheur, sophiste ou dans l’erreur, et dans tous les cas se trompe pleinement, car comme le dit le Coran: "L’erreur ne peut glisser dans le Coran de nulle part"

(Sourate Foççelat, 42).

   L’une des innombrables preuves de son inimitabilité et de son caractère miraculeux est le fait que ni le temps, ni les progrès scientifiques et artistiques n’entament rien de sa fraîcheur, son actualité, ses objectifs et ses idées, ni ne font apparaître une erreur par rapport à une théorie scientifique établie, et ce contrairement aux écrits des savants et des grands philosophes dont une partie au moins s’avère banale, grossière ou erronée à mesure que la recherche scientifique et les théories scientifiques progressent.

Cela vaut même pour les plus grands savants grecs, tels que Socrate, Platon et Aristote, dont les successeurs n’ont pas manqué de souligner les erreurs qu’ils avaient commises, tout en les reconnaissant comme étant les pères de la science et tout en admettant leur supériorité intellectuelle.

   Nous croyons aussi à l’obligation de respecter le Coran et de le révérer à la fois en actes et en paroles. Il est interdit à une personne en état d’impureté de le toucher: «Ne peuvent le toucher que ceux qui sont purs» (Sourate Al-Wãqe`ah, 79), peu importe que cet état d’impureté soit mineur (absence d’ablution-wodhou’- même après une somme) ou majeure (absence de bain rituel-ghosl- après une émission de sperme, les menstrues ou les lochies) (2).

Il est également interdit de brûler le Saint Coran et de le profaner de n’importe quelle façon considérée par les gens en général comme une profanation ou comme une forme de mépris, par exemple, le jeter, le salir, le piétiner, le mettre dans un endroit inconvenant. Si quelqu’un venait à l’avilir ou à le profaner délibérément, d’une façon ou d’une autre, il serait considéré comme un incroyant ou au nombre de ceux qui ne croient pas au caractère sacré du Saint Coran, et mériterait d’être traité en hérétique et en mécréant.

Notes:

1. En effet Allãh dit: «Nous avons fait descendre le Rappel; Nous en sommes les gardiens»

(Sourate Al-Hejr, 9:15).

2. Pour mieux connaître les détails de l’état de pureté requis pour le Musulman, ou de l’état d’impureté dans lequel il est interdit d’accomplir certains actes rituels, il faut se référer aux ouvrages de jurisprudence islamique spécialisés.

Source: Bostani.com

Articles Relatifs:

Le Coran, printemps du cœur

Les textes coraniques 

Le Coran est un discours universel

Retrouver le Coran

Le Coran comprend la Science du passé et de l’avenir (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)