• Nombre de visites :
  • 1406
  • 30/8/2009
  • Date :

Le musée du temps de l’Iran (2)

premier étage du musée, section des horloges

   Le musée du temps est le premier musée d’horloges en Iran. Dès l’entrée, le temps semble s’arrêter. Rien ne bouge, ni une minute, ni une heure. Sur la face de ces grandes horloges, le temps a gelé. Les aiguilles se sont figées, l’une sur 5, l’autre sur 8 heures et demi, depuis les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

   La création de la première horloge, dans l’Egypte antique, ayant un mécanisme très simple (horloge solaire) date d’environ 3500 ans. L’histoire nous dit que les Egyptiens et les Babyloniens furent les peuples les plus avancés dans le domaine de l’horlogerie. Ils s’intéressaient à la notion du temps et cherchaient un moyen pour définir la durée du jour et de la nuit. Presque mille ans après une première tentative, c’est-à-dire celle qui conduisit à la fabrication de la première horloge solaire, ces mêmes peuples construisirent l’horloge hydraulique.

Puis, lentement, à partir du IIIe siècle, les sabliers envahirent les marchés. Quant à l’horloge-bougie, son invention date du Xe siècle.

   Révoqué à la suite d’un complot, le roi anglais se promit de consacrer les deux tiers de sa vie à son peuple au cas où il regagnerait le pouvoir. Son vœu fut exaucé et pour tenir sa promesse, le roi se mit à graduer les bougies pour pouvoir mesurer deux tiers de sa vie. Ainsi, quatre bougies représentaient 24 heures.

montre à gousset fabriquée en suisse, mécanisme à ressort, xixème siècle.

   Cet événement fut le point de départ de l’apparition des horloges ardentes. Postérieurement, à la fin de XIe siècle, les horloges mécaniques virent le jour. Puis deux siècles plus tard, des horloges à poids les remplacèrent largement en Europe car les chrétiens avaient besoin d’horloges précises notamment pour leurs rites religieux. De ce fait, les horloges à poids furent installées dans les tours et les églises principales de la ville. L’usage du ressort marqua une grande évolution dans l’industrie horlogère, et à la même époque, le pendule fut utilisé pour augmenter la précision des horloges.

Ce fut Galilée, physicien et astronome italien, qui théorisa l’addition du pendule à l’horloge, alors que l’inventeur du pendule était un physicien hollandais.

   On voit que l’horlogerie, ce mélange d’art et de science ne cessa de se développer, et aboutit à la fabrication des bracelets-montres et des montres de poche. La première montre de gousset fut fabriquée par un serrurier allemand au XVIe siècle. En ce temps-là, l’or ou l’argent étaient utilisés pour la fabrication des montres dont l’acquisition était réservée aux gens aisés. Mais à la même époque, un Suisse commença à fabriquer des montres en acier, beaucoup moins chères, qui monopolisèrent quasiment le marché. Dès lors, la Suisse fut considérée comme le pionnier de l’horlogerie au niveau mondial.

horloge de table, fabriquée en france

   De nos jours, les horloges les plus modernes sont les horloges atomiques fonctionnant avec la radiation du césium. Ce mécanisme fut théorisé par le physicien Niels Bohr en 1913, et en 1949, les Américains produisirent la première horloge atomique.

En Iran, notamment grâce au musée du temps, cette évolution historique peut être suivie pas à pas dans les dédales de l’exposition horlogère.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)