• Nombre de visites :
  • 1545
  • 7/9/2009
  • Date :

Le musée du temps de l’Iran (3)

montre à gousset fabriquée en suisse

   Le musée possède une collection d’environ 148 objets, 58 horloges mécaniques, pendules, pendulettes fabriquées en France et 90 montres de poignets et de poche suisses. De plus, au deuxième étage, de précieux calendriers provenant de différentes nations et cultures, ainsi que des appareils d’astronomie sont exposés. Dans cette section, la copie d’une inscription en terre cuite remontant à vingt-sept siècles vaut notamment le détour. L’inscription originale a été découverte dans le palais de Darius le Grand. C’est le seul document démontrant l’existence d’un calendrier national en Perse antique.

Les noms des douze mois du calendrier Achéménide ainsi que les événements historiques de l’époque sont gravés sur cette inscription.

   L’ensemble de ce qui est présenté dans le musée aborde des thèmes tels que le passage du temps considéré historiquement, le regard des nations sur le temps, l’évolution de l’industrie horlogère et les nouveautés en la matière. A l’extérieur du bâtiment, on peut découvrir les premiers modèles d’horloges du monde, à savoir les horloges solaires, hydrauliques et ardentes ainsi que des sabliers.

   Les horloges ardentes datent du troisième millénaire avant J.-C. Le musée contient également une partie exposant la collection des montres modernes présentée au premier étage. Considérations horlogères mises à part, la caractéristique unique de ce musée est l’édifice même, doté d’une architecture et d’une décoration artistique unique.

maquette iranienne de la première horloge solaire antique égyptienne.

   Cet édifice est un véritable exemple de l’art de la décoration en plâtre, et présente un mélange de style irano-européen. L’art des moulures en plâtre remonte à l’ère sassanide, une inscription découverte dans le palais "Bîshãpour" à Kãzéroun en est la preuve et c’est sous le règne Qãjãr qu’il atteignit son apogée. Cet art, d’abord réservé à la décoration des palais, se généralisa vers la fin du règne des Qãjãrs et de nombreuses demeures furent ornées avec du plâtre. Le bâtiment actuel du musée du Temps, ainsi décoré, est vieux de huit décennies et date de la fin de la vogue des moulures en plâtre. Situé dans le quartier Za’ferãnieh de Téhéran, il est bâti sur une superficie de 700 m² et possède un magnifique jardin de 5000 m². L’édifice a appartenu à deux rois qâdjârs, Mohammad Shãh et Nãsser-e-Din Shâh. Autrefois construit en briques crues, terre et charpente de bois, il a été rénové avec du matériel plus solide et est maintenant doté d’une charpente d’acier. De plus, le grand balcon qui le caractérise a été ajouté après la construction à l’ensemble. Puis, le propriétaire de l’époque, Hossein Khodãdãd, décida de décorer la maison.

C’est ainsi que douze années durant, une quarantaine d’artisans travaillèrent sur le bâtiment, le décorant avec de fins motifs en plâtre, des ajouts en fer forgé en forme de soleil et des tuiles émaillées.

   L’un des attraits décoratifs de l’édifice est l’application des reliefs en plâtre sur un arrière-plan de miroir, dont on peut voir un autre exemple au palais du Golestân. Outre les architectes et les décorateurs comme le maître Kãshi, il faut également faire allusion aux maîtres peintres qui accordèrent très délicatement leurs couleurs avec les motifs décoratifs, créant ainsi des effets de niellure. Pour finir, il faut parler des portes et des fenêtres en bois qui enchantent la vue par leurs décorations joliment gravées dans les cadres.

   Le musée de temps est à la fois un musée consacré aux horloges, aux montres et aux calendriers de haute valeur, et une galerie d’art. Il incarne la culture Iranienne profondément attachée à l’art. Tous nos remerciements au temps grâce auquel nous avons pu rassembler cette collection historique de l’industrie, de la science et de l’art.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)