• Nombre de visites :
  • 2369
  • 28/10/2009
  • Date :

La musique militaire en Iran (1)

salar moazziz

Helena Anguizi

   En 1913, à la demande de Gholãmridhã Minbãchiãn, dit Sãlãr Moazziz, et avec l’approbation du Ministère de la Culture, la musique militaire vint s’ajouter à la liste des matières enseignées à Dãr-Ol-Fonoun.

   La durée d’étude était de quatre ans dans cette école et l’on y apprenait la musique militaire ainsi que la musique classique occidentale. En 1960, un dénommé Minbãchiãn, le fils aîné de Moazziz, qui avait étudié la musique classique au conservatoire de Petrograd, se chargea de l’enseignement du violon et du violoncelle.

En 1915, l’école de musique de Dãr-Ol-Fonoun changea de statut et poursuivit ses travaux en tant qu’école indépendante sous la supervision du Ministère de la Culture. Cette école était la première du genre en Iran.

   Seules les personnes ayant achevé leurs études primaires pouvaient y accéder. La durée d’étude était de six ans, avec une première année de préparation.

   Pour la première fois dans l’histoire de l’enseignement de la musique classique en Iran, les professeurs eurent recours à des livres de références enseignant différentes matières allant du solfège à l’harmonie et à l’orchestration, pour la plupart traduits du français par Sãlãr Moazziz.

   Ce traducteur, musicien hors pair, enseignait lui-même dans cette école. Il enseignait notamment l’harmonie en s’appuyant sur le manuel de Mossioran, professeur de musique au conservatoire de Paris, dont l’ouvrage avait été traduit en persan par Mohammad-Hassan Gharib, surnommé "Adib-e Kermãni".

dar-ol-fonoun

   Le persan, le français, la physique, la chimie, les mathématiques et la géographie étaient les principales matières obligatoires de cette école. Les techniques poétiques et la langue française étaient les seules matières obligatoires en cinquième et sixième année. Durant la première année, les étudiants se familiarisaient avec les théories musicales. En seconde, troisième et quatrième année, ils apprenaient les bases de l’harmonie et connaissaient avec les différents instruments de musique. C’est en cinquième année que l’orchestration était enseignée et enfin, en sixième année, les apprentis musiciens composaient leurs premiers airs.

Le manuel "Lamir", traduit en persan par Mazin-Ol-Doleh, servait de base à l’enseignement des théories musicales.

   En plus de l’enseignement des instruments à vent tels que la flûte, la clarinette et la trompette, Sãlãr Moazziz enseignait également le solfège. Les cours de piano étaient donnés par Nassir-Ol-Soltãn.

   Le succès de l’école allant grandissant, on commença peu à peu à manquer de professeurs. Elle fut donc contrainte à accepter un nombre limité d’élèves. Les conditions d’admission étaient difficiles et, pour pouvoir passer l’examen final, les élèves devaient impérativement savoir jouer, à un niveau professionnel, d’un instrument à vent et d’un instrument à cordes.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)