• Nombre de visites :
  • 3946
  • 10/11/2009
  • Date :

L’augmentation du nombre des divorces dans la vie moderne (1)

 

divorce

   Jadis on ne prêtait pas beaucoup d’attention au problème du divorce, à ses causes et à ses mauvaises conséquences, ni on ne prenait de mesures en vue de le prévenir. Toutefois les cas de divorce étaient de très loin moins nombreux que ceux d’aujourd’hui. Il ne fait pas de doute que la différence entre le passé et le présent est due au fait que maintenant les causes du divorce ont augmenté. La vie sociale a pris une telle tournure qu’aujourd’hui il y a beaucoup plus de motifs de séparation et de dislocation des liens familiaux, et c’est ce qui a rendu vains les efforts des sociologues et des spécialistes de ce domaine, en vue d’endiguer ce fléau. Malheureusement, il y a fort à parier que l’avenir sera pire que le présent sur ce plan.

   Le magazine américain "Newsweek" écrit dans un article intéressant intitulé "Le Divorce en Amérique" qu’il est plus facile de divorcer que de prendre un taxi aux Etats-Unis. "Newsweek" ajoute que deux proverbes relatifs au divorce sont répandus, parmi les Américains, plus que tout autre proverbe.

L’un dit: «Même la pire des réconciliations entre un homme et sa femme vaut mieux que le divorce». Il vit depuis 400 ans. L’autre, qui traduit une vue diamétralement opposée et qui a gagné du terrain au cours de la seconde moitié du 20e siècle, dit: «Le second amour est plus plaisant que le premier».

   L’article montre que «le second proverbe a trouvé plus d’illustration aux Etats-Unis, où le mirage du divorce attire non seulement les nouveaux-mariés, mais aussi leurs mères et les vieux couples. Et c’est à tel point que la moyenne annuelle de divorces n’est jamais descendue au-dessous de 400000, dont 40 % concernent des couples mariés depuis plus de 10 ans, et 13 % depuis plus de 20 ans. L’âge moyen des 2 millions de femmes divorcées aux Etats-Unis est de 45 ans. 62 % d’entre elles étaient mères d’enfants âgés de moins de 18 ans. Ces femmes forment en fait une génération spéciale.

   «Bien que la femme américaine se sente tout à fait libre après le divorce, il n’empêche que la femme divorcée, qu’elle soit jeune ou d’âge moyen, est loin de retrouver une vie heureuse. Il est facile de se rendre compte que ces femmes divorcées restent malheureuses, car on constate qu’un nombre croissant d’entre elles fréquentent les cabinets des psychiatres ou sombrent dans l’alcoolisme.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,  éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.169-170.

Article Relatif:

L’augmentation du nombre des divorces dans la vie moderne (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)