• Nombre de visites :
  • 3194
  • 25/4/2010
  • Date :

Historique de la profession de sage-femme dans l’Antiquité

deux sages-femmes

(L’Égypte ancienne - La Grèce Antique - Les Hébreux - La Rome Antique)

   Dans l’art des accouchements, la maternité et les sages-femmes sont indissociables et sont à l’origine des civilisations humaines et des religions.

   Aussi loin que nous remontons dans l’histoire de l’humanité, la fécondité et la vie ont fait naître un ensemble de croyances et la femme détentrice de ce pouvoir mystérieux d’engendrer, devint le symbole de la prospérité et l’objet d’un culte particulier qui s’étendit à toute la nature: celui de la déesse Terre puis de la déesse mère.

Les motifs de pitié, de dévouement et de décence ne sont pas exclus pour justifier de l’existence des sages-femmes depuis les temps lointains de l’histoire, car "il était naturel que la mère qui a souffert pour mettre au monde allât porter ses conseils et son assistance à la femme inexpérimentée. Ce secours plusieurs fois répété, il était naturel qu’elle acquiert une certaine confiance dans la famille, confiance qui augmenta de plus en plus, et c’est ainsi que la première sage-femme fût créée où se créa d’elle même." (SIEBOLD)

   Le caractère sacré des sages-femmes comme celui des médecins semble prédominer toute raison humaine. La guérison ou l’heureuse naissance attribuée aux rites, aux incantations, aux exorcismes et aux breuvages des sorciers et des magiciennes, conféraient à ceux-ci un pouvoir surnaturel qu’ils détenaient des dieux eux-mêmes et à qui ils s’identifiaient.

   Ceci explique le prestige et la vénération dont ils jouissaient et l’autorité croissante qu’ils prirent dans les religions antiques. Ils devinrent les prêtres et les prêtresses des cultes des divinités qui président à tous les actes de la vie. Ils détenaient secrètement les rites et l’enseignement qu’attestent des textes anciens et la persistance de certaines coutumes.

La sage-femme est de toutes les collectivités humaines, la figure la plus universellement connue, mais son rôle historique et sa contribution à l’édification de l’art obstétrical sont les plus méconnus de notre temps. Cependant, son passé riche de sacrifices et de gloire, en fait depuis toujours la "protectrice de la mère et de l’enfant" à la fois médicale et sociale.

Source: Ordre-sages-femmes.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)