• Nombre de visites :
  • 3729
  • 25/4/2010
  • Date :

Historique de la profession de sage-femme dès le 17ème siècle

un bébé

   Au 17ème siècle, Madame LA CHAPELLE, consciente de la carence dramatique des matrones, s’emploie à enseigner celles-ci en faisant son tour de France. Ses passages dans les grandes villes étaient annoncés par l’Eglise, et son enseignement pratique se faisait sur un mannequin qu’elle présentait chaque fois. Sous Louis XIV, la grande majorité des femmes, choisissait des sages-femmes pour les assister. Ainsi en fut-il pour Anne d’Autriche, épouse de Louis XIII et pour marie- Thérèse, épouse de Louis XIV.

C’est en 1660 que la communauté des sages-femmes est officiellement reconnue. Elle est agrée à la corporation des chirurgiens. Une grande mutation de la profession s’opère à partir de cette date.

   Vers 1730, les Statuts et les règlements corporatifs concernant tous les chirurgiens, auxquels les sages-femmes sont assimilées, s’appliquent désormais à celles-ci. L’enseignement se structure. Son programme est résolument obstétrical et médical.

   Madame DU COUDRAY, sage-femme du XVIIIème siècle, d’une compétence professionnelle remarquable et nourrie du Siècle des lumières, va bouleverser l’enseignement de l’obstétrique pour le bien-être des femmes et des enfants.

une sage-femme

   Elle formera ainsi sur le territoire français plus de 3000 matrones et chirurgiens en 25 ans et deviendra le premier pédagogue de l’obstétrique.

   Madame de Coudray parle de l’accouchement: "En attendant le moment de délivrer la femme, on doit la consoler le plus affectueusement possible: son état douloureux y engage; mais il faut le faire avec un air de gaieté qui ne lui inspire aucune crainte de danger. Il faut éviter tous les chuchotements à l’oreille, qui ne pourraient que l’inquiéter et lui faire craindre des suites fâcheuses. On doit lui parler de Dieu et l’engager à le remercier de l’avoir mise hors de péril. Si elle recourt à des reliques, il faut lui représenter qu’elles seront tout aussi efficace sur le lit voisin qui si on les posait sur elle-même, ce qui pourrait la gêner..."

En 1803, les deux professions Médecin et Chirurgien sont réunies en une seule. La loi institue une formation pour les sages-femmes en milieu hospitalier, mais la direction se fera toujours sous la direction d’une Maîtresse Sage-femme.

   En 1806, Napoléon, crée la Chaire d’Obstétrique, qui sera la première spécialité médicale. Le premier titulaire en sera BEAUDELOCQUE, qui aura la charge de former médecin et sages-femmes. Dès 1807, la durée des études passe de 6 mois à 1 an puis à 2 ans en 1892.

   Au XIXème siècle, s’affirme la différence homme obstétricien et femme sage-femme. Grâce au pouvoir technique qui leur est conféré, les chirurgiens puis les obstétriciens investissent l’art de l’accouchement, par le biais du forceps et de la césarienne.

   Quant à la sage-femme, elle exerce à domicile, voire chez elle où elle accueille certaines patientes dans sa maison d’accouchement, l’hôpital étant un lieu réservé aux indigents où, faute d’asepsie, la mortalité y est importante.

Source: Ordre-sages-femmes.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)