• Nombre de visites :
  • 2091
  • 2/6/2010
  • Date :

La poésie du soleil

bijan jal?li

Article de Rouhollãh publié dans la Revue de Téhéran en octobre 2007.

                                                                    Il y a des gens

                                                    Qui ne comprennent rien à ce monde

                                                                   C’est pourquoi

                                                 Leurs gestes sont confus et pleins d’effroi

                                                                   Je connais des gens

                                                Dont les yeux brillent d’une immense espérance

                                                              Débordant les confins du monde

                                                           Pour atteindre le jour et la nuit infinis

                                                                           Il y a pourtant

                                                            Un étrange chagrin dans leurs yeux

                                                                                  Car

                                                             Ils ne comprendront rien à ce monde

Jusqu’à son dernier jour…

***

   Bijan Jalãli (1927- 1999) est un poète qui fait abstraction du temps historique pour établir un dialogue avec  l’éternité. Il se dégage de ses textes un sentiment de fraternité cosmique, qui rend compte de son amour pour la vie et le monde.

Une extase panthéiste de la communion avec la nature traverse l’œuvre du poète. "Il y a une beauté aveuglante dans le monde" dit-il. De la même manière, entre l’histoire et le soleil, il choisit le second. Son œuvre semble être ainsi exempte des problèmes de l’homme moderne et de son angoisse existentielle.

   Son langage est simple et clair. Pourtant la douleur n’est pas absente à l’univers onirique de Jal?li. Le chagrin et la mort sont en effet dans son œuvre. Mais le poète, loin de s’enfermer dans le désespoir ou le nihilisme, parvient à les transcender par l’entremise de sa foi mystique.

                                                                          Il paraît que la mort

                                                                          Fut ma bien-aimée

Et j’ai composé pour elle

Tous ces poèmes…`

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)