• Nombre de visites :
  • 2049
  • 8/6/2010
  • Date :

Hivã Massih

hiva massih

Article de Rouhollãh Hosseini publié dans la Revue de Téhéran en mai 2007.

                                        Au nom du Dieu des eaux, des jardins et des pommes

                                                                              … Alors

                                                              Je te parlerai

                                                                                  Du poème qui vient

                                                                                                              Pour que tu ouvres la fenêtre

                                                                                                                           Pour toujours

                                                                                   Que tu emportes dans ta chambre

                                                               La lune

                                           Et mon poème

                                                                                    Qui vient du silence du monde…

   Ainsi commence la vie: par une fenêtre ouverte par où entre la lune. Mais hélas! Nous vivons une époque où les hommes se tiennent debout très loin d’eux-mêmes; personne n’entend la voix de la solitude des rideaux, lorsqu’on les ferme doucement, et derrière restent seuls la chambre et l’homme. Cette fenêtre n’a rien d’ordinaire, car elle connaît bien les gouttes fines de la pluie. Et cette voix est la plus silencieuse du monde.

Il faut seulement apprendre à écouter, à regarder autrement les choses; "il faut laver les yeux", nous conseille encore, et si joliment, Sépehri.

   Hivã Massih, en disciple fervent de Sohrãb, adhère, certes avec un style qui lui est propre, au mysticisme de son maître, à son culte de la simplicité et à son amour pour la nature. Mais son œuvre est surtout et profondément marquée par les rêveries de l’enfance.

En effet, Massih ne cesse d’évoquer le bonheur du monde de l’enfance; d’où le titre d’un de ses ouvrages: J’ai peur d’un monde sans enfant. La pluie et la lune ainsi que "le parapluie que je tiens à la main jusqu’à la fin du monde" constituent d’autres thèmes dominants dans le texte du poète.

   Né en 1965, Hivã Massih a commencé sa carrière d’artiste par la peinture, pour passer au théâtre et ensuite à son art de prédilection, la poésie. Dans ses textes, poésie et prose sont étroitement associées, entrelacées. Parmi ses œuvres, Je suis le fils de toutes les mères de la terre, Toujours, jusqu’à je ne sais quand et Le berger qui lavait les mains de Dieu, méritent tout particulièrement d’être citées.

                                                                            La veille

                                                          Je me brouillai avec le monde

                                                                    Au ciel je tournai le dos

                                                    Mes épaules ne purent cependant supporter

                                                        Le regard lourd de la lune et des étoiles

                                                          Qui me fixaient de derrière les nuages

                                                         Je ne savais auprès de qui m’épancher

                                                                           Ni même que dire.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)