• Nombre de visites :
  • 1047
  • 4/9/2010
  • Date :

Quand va-t-il parler?

un enfant

   Apprendre à parler, c’est naturel. C’est en vous écoutant que votre tout-petit commence à balbutier ses premiers mots. Entre 10 mois et 3 ans, tous n’apprennent pas à parler au même rythme, mais ils passent par les mêmes étapes.

Du babillage aux premiers mots

   A la fin de sa première année, votre bébé reconnaît et imite sa langue maternelle. Son babillage ne contient plus que des sonorités calquées sur la langue qu’il entend. Vous ne distinguez pas encore de mots, mais une ou plusieurs syllabes comme «ta», «ma», parfois groupées, «baba».

Pour mieux se faire comprendre, votre tout-petit utilise des gestes et des changements d’intonations. Son regard, son doigt pointé, l’expression de son visage font partie du message parlé et vous aident à l’interpréter.

Sa parole prend l’allure d’affirmations, d’interrogations, d’ordres et d’appels. Même s’il n’y a pas de vrais mots, on dirait qu’il y a déjà de vraies phrases. Comme s’il fredonnait une chanson dont il ne connaissait pas les paroles!

   Progressivement, il passe du vocable au mot. Pour dire «au revoir», vous entendez d’abord «ava», «aba», puis «ovo» avec un signe de la main. A partir de 18 mois, il combine des mots en phrases rudimentaires. Il abandonne peu à peu les gestes de la main. Après 2 ans, il fait des phrases plus longues avec de plus en plus de mots.

Parler, c’est grandir

   Entre 1 et 2 ans, les petits ont beaucoup à apprendre: ils marchent, explorent leur environnement, utilisent le pot. Chaque enfant aborde ces expériences différemment, certains sont plus «moteurs» et peuvent accéder plus tardivement au langage. D’autres, calmes et observateurs, babilleront tôt et feront plus vite des phrases construites.

un enfant

   Chaque enfant aborde le langage en fonction de son tempérament. Certains vont privilégier les sonorités et choisissent des mots qui correspondent aux syllabes qu’ils connaissent et aiment prononcer. D’autres, plus intuitifs, jouent sur le rythme et la mélodie du langage, et forment des miniphrases d’où émerge un mot de temps en temps entouré de syllabes sans signification. Certains encore, plus prudents, attendront de savoir prononcer presque correctement les mots pour les dire et, ensuite, les organiser en phrases.

Comment favoriser les échanges?

   Depuis sa naissance vous le nourrissez de mots et de tendresse. Après 1 an, il prend conscience de son individualité et a le désir de s’ouvrir au langage. Voici comment l’aider.

Interprétez toutes les syllabes ou autres vocables de votre enfant en lui proposant un sens. S’il dit «ta» en montrant la cuillère du doigt, répondez-lui: «Veux-tu la cuillère?» en la lui montrant. Il fait ainsi le lien entre l’objet et le mot. Petit à petit, il s’amusera à essayer de répéter le mot «cuillère» à sa manière.

   Evitez de le laisser regarder la télé seul ou avec ses aînés. Il n’y a aucune interaction entre le petit écran et votre enfant qui est passif.

Parler une langue étrangère, pourquoi pas?

   Vous parlez plusieurs langues à la maison? N’hésitez pas à les utiliser avec votre tout-petit. Il fera vite la distinction et les apprendra simultanément. Bilinguisme et multilinguisme n’ont jamais retardé le développement du langage.

En revanche, évitez de lui faire écouter des cassettes sous prétexte de l’initier aux langues étrangères. L’apprentissage de la langue est meilleur dans l’échange spontané et naturel avec l’entourage.

Source: Enfant.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)