• Nombre de visites :
  • 2531
  • 18/9/2010
  • Date :

Autodafé du saint Coran pour avilir l’Islam et les musulmans

   Malgré le retournement de l’agent Terry Jones sur sa décision de brûler le saint Coran le jour anniversaire de l’opération terroriste organisée par la CIA et le Mossad contre l’Ile de Manhattan le 11 septembre 2001, deux autres «prêtres» affiliés au mouvement chrétien-sioniste, ont brûlé à Nashville dans le Tennessee un exemplaire du saint Livre révélé. Cet acte ne semble pas avoir été condamné, ni poursuivi par les autorités américaines. Les médias américains ont au contraire diffusés ces images en boucle afin de donner à ce non-événement une portée mondiale. Les colons israéliens de Jérusalem occupée ont également déchiré des exemplaires de la sainte Révélation coranique dans la rue Yafa à l’Ouest de la ville, selon des témoins palestiniens.  

la profanation de l’islam: habitude  sioniste dans le monde

   La plupart des grands pays ont appelé à taire et celer les images de cet acte profanatoire de sorte que sa couverture médiatique a été relativement faible en dehors des USA et d’Israël. Des craintes sur la réaction de la communauté musulmane ont été émises par les pays arabo-musulmans. Ces craintes avaient motivé l’appel fait par le Ministre de la guerre américain Robert Gates en direction de Terry Jones pour ne pas commettre cette profanation et menacer de la sorte la vie des soldats américains en territoire occupé (i.e Afghanistan, Irak).

la sacralité de l’islam est visée par les sionistes

   Malgré les doutes émis par sa fille sur son état de santé mentale, l’acte profanatoire de M.Jones suscite quelques interrogations sur ses intentions. Des dires de son fils, le Centre Dove World Reach a rencontré des difficultés financières ces dernières années mais les sorties de M.Jones ont permis d’attirer l’attention de nombreuses personnes.

Le problème, dans le dossier Jones, est que les intentions d’un individu apparemment isolé ont été très largement sponsorisées et relayées par les médias officiels de l’establishment américain.

   Quand on en connaît les conséquences potentielles, il est clair qu’une telle opération de manipulation psychologique (Psyops) n’a pu avoir lieu sans au minimum l’assentiment du «milieu» aux USA, à savoir les lobbys sionistes et les centrales de renseignement.

une haine profonde des musulmans anime les sionistes

   Si une telle hypothèse devait être retenue, on peut légitimement se demander pourquoi un tel acte sacrilège, gratuit et imbécile?

   Les objectifs sont multiples:

1. Associer le mensonge du 11 septembre à l’Islam et plus seulement à l’Islam radical. Ainsi, l’ennemi n’est plus seulement Al-Qaida, mais l’ensemble du bloc géopolitique musulman. Ainsi le mythe d’Al-Qaida est abandonné au profit de l’idée de croisade. L’autodafé du saint Coran est aussi une issue de secours pour faire oublier le mensonge «al-qaida»

2. Montrer que la profanation est chose possible et banaliser l’idée d’extermination de la présence musulmane en Occident

3. Détourner l’attention de l’opinion américaine des crimes sionistes en Palestine et remplacer une confrontation Sionisme-Islam par une confrontation Chrétienté-Islam

4. Affaiblir les positions politiques et diplomatiques de B.Obama et du soi-disant «camp de la paix» à l’heure des pourparlers à Washington entre le premier ministre sioniste Netanyahu et le représentant de l’OLP M.Abbas.

5. Bien entendu, il s’agit aussi de convaincre l’opinion publique de la stratégie otanesque contre les pays musulmans par des moyens psychologiques  

la paix selon les sionistes
   Cependant, il apparaît clair que ces objectifs ne seront pas atteints. Cet acte répugnant ne réussit pas à convaincre l’opinion publique occidentale qui n’est pas aussi islamophobe que ne le sont ses élites. Les musulmans font d’ailleurs très bien la distinction entre ces prêtres évangélistes fanatiques et isolés et la grande majorité de la chrétienté. La plupart des américains sont désormais de l’avis que le 11 septembre a été mené de l’intérieur de concert, par la CIA, le FBI et le Pentagone. Sous cet angle, l’opération «brûler un Coran» peut paraitre un peu surfaite. De là à considérer que cette opération démontre une sorte d’impuissance face à un ennemi difficile à saisir, il n’y a qu’un pas.

 

une femme musulmane: ennemi des sionistes

  Ainsi, l’imam provisoire de la prière du vendredi de Téhéran, l’Ayatolãh Ahmad Jannati, a déclaré vendredi que l’autodafé du Coran projeté par des extrémistes chrétiens-sionistes, traduit le désespoir des puissances de l’Arrogance face à la vigilance des nations musulmanes.

L’Ayatolãh Ahmad Jannati réagissant à cette démarche, qualifiée de «geste fou», a souligné que ce livre sacré appartient à un milliard et demi de musulmans dans le monde entier. S’en prendre au Coran, c’est s’en prendre à ces millions de gens. Le respect pour le Coran est un capital et une source de confiance qui «appartient aux générations précédentes et suivantes» a-t-il souligné. D’ailleurs, Ahmad Jannati a affirmé que «tout acte sacrilège contre le Coran ne peut qu’être préjudiciable à leurs auteurs». En effet s’en prendre à la sacralité du saint Coran foule aux pieds les sentiments des musulmans partout dans le monde et expose ces misérables à un légitime courroux.
le message et la raison d’être des sionistes

Sources: ria-novosti, irna

Article Relatif:

Le non-dit du traitement institutionnel de la question de l’Islam en Occident

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)