• Nombre de visites :
  • 584
  • 28/9/2010
  • Date :

La France et les FRAC (3)

   Article de Jean-Pierre Brigaudiot publié dans la Revue de Téhéran en mai 2010.

   Outre les arts plastiques, ce FRAC Alsace porte ses actions de manière affirmée en direction de la création cinématographique, audiovisuelle et du spectacle vivant. Comme la plupart des FRAC, celui-ci apporte une attention particulière à l’édition comme par exemple celle de catalogues des œuvres acquises, ce qui évidemment les rend accessibles à un large public.

   Ailleurs qu’en Alsace, par exemple, le FRAC de la région Centre, implanté à Orléans, se voue principalement à l’architecture. Le FRAC Franche Comté s’est quant à lui focalisé sur la question du temps qui passe. Celui de la région Provence Alpes Côte d’Azur, implanté à Marseille, comme celui de Bretagne, pour lesquels se construisent actuellement des bâtiments spécifiques témoignent d’une évolution comme d’une extension des activités.

En effet, initialement certains FRAC ont été logés de manière provisoire et trop à l’étroit dans des locaux peu adaptés à leurs fonctions et ambitions. Au fil des années, les régions ont peu à peu rivalisé entre elles et comme ce qui se passa en Allemagne avec les Lander, chacune cherche à se doter du meilleur, en matière de FRAC notamment, ces derniers étant une vitrine de la région et de son dynamisme en matière culturelle.

   L’autonomie régionale avance et les impôts locaux y contribuent! Désormais les FRAC ont mis en place un outil de travail, Platform, qui leur permet de mutualiser leurs ressources et de rendre plus performant leur réseau.

exposition intitulée dans la forêt présentée début 2010 au frac aquitaine

   Il est important de mesurer l’importance de cette transformation progressive mais générale des institutions artistiques en France, dont font partie les FRAC. Celles-ci sont passées en quelques décennies de la simple monstration d’œuvres à leur génération, ainsi en est-il par exemple du Palais de Tokyo, du Musée national d’art moderne Georges Pompidou, du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, de nombreux centres d’art contemporain et même en certaines occasions d’une institution comme le Louvre, mais encore bien davantage avec les FRAC. Ainsi une partie de la création artistique contemporaine est elle commandée par des institutions qui d’une manière certaine se sont substituées au mécénat tel qu’il exista par exemple à la Renaissance. Aujourd’hui, la commande publique à caractère muséal porte beaucoup sur des œuvres non pérennes, immatérielles ou activables comme les vidéos, l’art des nouveaux médias, les performances, certains spectacles ou le Net art. Les collections des FRAC sont assurément représentatives de la diversité des pratiques artistiques contemporaines sans pour autant privilégier un nombre trop restreint d’artistes officiels.

Bien évidemment, l’art contemporain ainsi pensé est un art institutionnel dont le bienfondé en tant que tel est critiqué et discuté car, notamment, c’est un art qui en grande partie échappe à la logique commerciale et à la spéculation.

   On lui reproche souvent d’être en quelque sorte un art d’Etat élaboré par des fonctionnaires. Mais à y regarder de près, on peut s’apercevoir que les Etats-Unis, champions du libéralisme économique et financier, ont une dépense fédérale extrêmement importante pour le soutien de la création contemporaine. En France, ce serait plutôt le marché privé de l’art et son commerce qui peinent depuis plusieurs décennies, le mécénat étant toujours peu présent et peu actif et les galeries restant le plus souvent peu puissantes en termes de capacité d’investissement en même temps que marquées par leur manque de professionnalisme, c’est-à-dire une faible capacité à promouvoir leurs artistes. Ainsi les FRAC jouent un rôle constructif indéniable dans la création contemporaine, pour sa diffusion et sa dynamique. Ils conduisent leurs actions dans la durée en matière d’éducation artistique, ce qui doit être considéré comme un véritable investissement social et culturel au profit des générations à venir.

Chaque FRAC dispose d’un site Internet tenu à jour (FRAC Auvergne, FRAC Lorraine, par exemple), qui permet d’accéder à de très nombreuses informations, tant sur les collections que sur l’actualité , l’organisation, les achats d’œuvres, les résidences d’artistes et les projets en cours.

(FRAC= fonds régional d’art contemporain)

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)