• Nombre de visites :
  • 1240
  • 22/12/2010
  • Date :

La vie de Bilãl (2)

bilal

 Les origines

   Hamãmah alla vivre avec la tribu des Jumûh pendant un certain temps, tout en gardant toujours l’espoir de pouvoir un jour rejoindre l’armée d’Abraha. Toutefois, plus le temps passait plus elle se rendait compte qu’elle ne devait plus espérer se libérer de cette tribu et qu’il fallait donc se résigner à rester avec ses ravisseurs.

   Pendant son séjour parmi les Jumûh, Hamãmah fut fortement impressionnée par la moralité et la bonne conduite de Rebãh qui était plus ou moins considéré comme son gardien. Constatant une entente et une affinité de caractère entre les deux captifs, le chef de la tribu les maria.

Les deux conjoints commencèrent ainsi une nouvelle vie et vécurent plusieurs années en faisant preuve de beaucoup d’amour et de sincérité l’un envers l’autre. Pendant cette période, ils mirent au monde deux garçons et une fille. Les deux garçons s’appelaient Bilãl et Khãdid, et la fille, Ghufrah. Comme leurs parents, les enfants étaient traités en esclaves de la tribu.

   Quelques années plus tard, Khalaf, le chef de la tribu mourut. Il laissa derrière lui plusieurs fils dont l’aîné était Omayyah. C’était un homme grand qui paraissait très arrogant et rude. Tous les membres de la tribu le craignaient, et la plupart d’entre eux le considéraient avec respect. Peu de temps après, Rebãh aussi rendit l’âme. Bilãl ainsi que sa mère, son frère et sa sur continuèrent à vivre avec la tribu.

Bilãl était devenu un homme de haute taille avec un visage brun foncé tirant vers le noir. Il acquit le titre de "Né-natif" de la tribu, et les membres de celle-ci, spécialement Omayyah était très gentil avec lui.

   Toute la tribu l’aimait tellement qu’elle le nomma au poste de son père et lui confia la supervision de leur propriété et de leur temple-idole.

   Omayyah avait l’habitude de visiter la cité, comme son père avec les esclaves. Il éprouvait une sympathie particulière pour cet esclave noir qui n’était pas comparable aux autres.

Source: Bostani.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)