• Nombre de visites :
  • 506
  • 8/1/2011
  • Date :

Sur les photos

photo

   Sur les photos de classe du lycée, dans les années soixante, je suis le seul élève à ne pas porter de costume et de cravate. Les lycéens de ce temps-là étaient vêtus comme des princes, avec, quelquefois, des blasons sur les poches de leurs vestons. Ils étaient issus d’une classe sociale élevée, ils allaient y être admis: leur place était réservée. La progéniture de la caste retournerait à la caste.

Moi, je portais les vêtements d’un cousin de Paris et les montures de lunettes d’un de mes oncles. Je faisais mes devoirs dans l’arrière-boutique de mes parents, sur une table de bois blanc, que ma mère avait creusée, à force de la frotter avec de l’eau de Javel : la table, d’une blancheur étonnante, ondulait sous mes cahiers d’écolier.

   Un jour, mon cousin de Paris se jeta du haut d’un escalier. Nous reçûmes un paquet. Ce fut la première fois que je tins tête à mes parents: je refusai de porter les vêtements d’un mort.

Michel Conrad

Source: Sites.google.com

Prose Relative:

Le visage

Poésies Relatives:

L’eau

Faire sourire

Je n’ai pas

Le marbre

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)