• Nombre de visites :
  • 1006
  • 12/3/2011
  • Date :

Confidence à l’Imam chaste (1)

imamat

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux

   Les musulmans, en dehors des divergences de point de vue sur l’ensemble de la religion, comme les principes, les idées, la morale et les commandements ( en ce qui concerne les cérémonies religieuses, les commandements civils et juridiques et les lois juridiques et pénales ainsi que la politique et d’autres caractéristiques islamiques) ont des différences sur une partie des idées subalternes et l’interprétation des commandements et des lois qui les ont conduit à devenir adeptes de différentes  sectes.

En ce qui concerne ces différences, on peut envisager deux axes principaux: le premier axe est basé sur les idées qui ont un rapport avec la science du discours et l’autre est l’axe des commandements (qui d’une manière générale) est en rapport avec la science du droit canonique.

   Un exemple évident de différence autour du premier axe est la différence entre « informer » et « diviser » au sujet des problèmes du discours; et un exemple de différence dans le deuxième axe, est celle qui existe entre les quatre écoles de la branche sunnite au sujet des problèmes de droit canonique.

L’une des différences célèbres entre les écoles de l’Islam est la différence entre le Chiisme et le Sunnisme par rapport aux problèmes de l’Imamat; les chiites (croyant aux douze Imams descendants du Prophète) considèrent Imam Ali comme le successeur de l’Envoyé de Dieu après la mort du Prophète (béni soit-il), au contraire des Sunnites qui ne voient en sa sainteté  que le quatrième calife (gouverneur).

   En vérité, la principale caractéristique de la religion de l’Imãmat consiste à croire en la gouvernance des douze imams, lesquels présentent trois spécificités (l’infaillibilité, le savoir divin et la nomination voulue par le Dieu Tout-puissant).

   Ici se pose cette question,  est-ce que l’essentiel de cette différence relève du domaine des idées et du discours et les différences  de droit canonique qui leur sont liés, ont-ils un côté secondaire? Ou bien cette différence est-elle uniquement une différence de droit canonique? Ou bien cette différence est-elle une différence politique semblable à celle qui existe entre deux partis politiques lors du choix des candidats à la présidence?


Ayatollãh Mohammad Talghi Messbãh Yazdi

Conférence sur le Chiisme, Philadelphie, Juillet 1993

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)