• Nombre de visites :
  • 1811
  • 14/4/2011
  • Date :

’Allãmeh Tabãtabã’i

’allameh tabataba’i

   Seyyed Mohammad Hossayn Tabãtabã’i Qãzi, plus connu sous le nom de ’Allãmeh [1] Tabãtabã’i, est né en 1892 à Tabriz, dans une famille de savants religieux. Il perd sa mère à l’âge de 5 ans et son père à l’âge de dix ans.

Après avoir commencé des études primaires et secondaires dans sa ville natale, il part pour Najaf afin de poursuivre ses études religieuses. Il y fait la connaissance de Seyyed ’Ali Qãzi, qui deviendra son maître et qui suscita un profond bouleversement en lui.

   ’Allãmeh s’engage alors dans un cheminement spirituel et gnostique vers son Créateur tout en acquérant la maîtrise de nombreuses sciences, et en menant une vie d’une simplicité extrême. Sa situation matérielle s’aggravant, il est contraint de revenir à Tabriz et de se consacrer à des travaux agricoles durant dix ans. Tout au long de ces années, il demeure dans un état d’attention constante à Dieu.

   Après une amélioration de sa situation financière, il part s’installer à Qom avec sa famille en 1945, ville où il demeurera jusqu’à la fin de sa vie. Il se consacre alors à l’enseignement de la philosophie ainsi que, pour un groupe plus restreint et avec discrétion, l’enseignement de la gnose.

L’immensité de son savoir contraste avec son apparence simple et sa grande humilité.

   Il ne tarde pas à être reconnu et respecté par les grandes autorités religieuses de l’époque non seulement pour l’ampleur de son savoir, mais aussi pour ses perfections morales, sa patience, sa douceur et la gentillesse dont il fait preuve en toute situation.

Il fut le maître de nombreuses grandes personnalités telles que ’Allãmeh Tehrãni, Shahid Motahari, Mohammad Mofatteh, Amoli, Seyyed Hossayn Nasr, mais également de Henry Corbin, dont il influença profondément la pensée.

   ’Allãmeh enterré à Qom. Tout au long de sa vie, il rédigea de nombreuses œuvres dans les domaines de la philosophie, de la religion, de l’histoire…

Son œuvre principale demeure cependant son commentaire du Coran intitulé Al-Mizãn et publié en vingt volumes.

   Ce monument de savoir, qui a notamment été traduit en anglais, demeure un ouvrage de référence en Iran, et constitue une véritable mine de sagesse et de subtilités.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)