• Nombre de visites :
  • 1089
  • 5/7/2011
  • Date :

L’Empire parthe

roi parthe avec une corne d’abondance et un autel du feu. relief de mosquée sulyeman, ile-illes. musée du louvre, paris.

   Fluctuantes au cours de l’histoire, les frontières de l’Empire parthe ont embrassé l’Asie centrale, la Perse, la Mésopotamie et la Syrie orientale. Il a connu plusieurs capitales: Nisa (Turkménistan) et Ctésiphon (Irak), notamment.

Le pouvoir du roi parthe n’était pas héréditaire et tenait d’un équilibre difficile à maintenir.

   Le souverain était élu par les hauts dignitaires, qui pouvaient peser lourdement sur le destin d’un empire morcelé en une constellation de petits royaumes aspirant à l’indépendance et se révoltant fréquemment contre leur suzerain.

   Les gouverneurs des provinces appartenaient à la famille royale ou à l’une des six nobles familles, qui constituaient le pilier économique et militaire de l’empire. Le roi ne pouvait gouverner sans les nobles, qui lui fournissaient des hommes de guerre et les richesses, mais il devait néanmoins les dominer et leur imposer son autorité.

cavalier parthe, cuirassé et armé d’une lance. d’après un graffito de dura europos (syrie),iie-iiies.
Les luttes pour le pouvoir ensanglantaient régulièrement la famille royale, affaiblissant d’autant le pouvoir impérial.

   Avec Vologèse Ier (51-78), l’Empire parthe connaît son apogée avant le déclin. Il triomphe des Romains et assoit son autorité en Arménie, où il fait introniser son frère Tiridate Ier. Il fonde près de Séleucie une capitale du commerce, Vologesias (Irak). Mais au IIe s., l’empereur romain Trajan, comme ses prédécesseurs, se lance à l’attaque du royaume parthe. Il entend viser ses centres administratifs, politiques et économiques, et prend l’Arménie et la Mésopotamie (114-117). Malgré quelques revers, ses successeurs, Lucius Verus et Septime Sévère, confortent ces conquêtes. Les contre-offensives et la politique parthes ne suffisent pas à rétablir la situation, même si aucun des adversaires ne parvient à prendre un avantage définitif. C’est dans ce climat de conflits extérieurs stagnants et de querelles intestines que va pouvoir s’imposer la dynastie des Sãssãnides.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP. 46-47.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)