• Nombre de visites :
  • 743
  • 21/7/2011
  • Date :

Abû Tharr entre au sein de l’Islam (1)

coran

   Après avoir écouté son frère, Abû Tharr dit: "Je ne suis pas satisfait de ton rapport. Je dois y aller moi-même pour le voir et l’écouter."

Abû Tharr effectua le voyage, arriva à la Mecque, entra dans l’enceinte de la Ka`bah et se mit à la recherche du Saint Prophète. Mais il n’y en trouva pas de trace et il n’en entendit pas parler non plus. Il resta là, cependant, jusqu’au coucher du soleil. Finalement Imam `Ali passa devant lui, et le voyant assis là, lui demanda: "Tu as l’air d’un voyageur. N’est-ce pas"?

- Abû Tharr: "Si!"

- Imam `Ali: "Viens avec moi."

Imam `Ali l’amena chez lui. Ils marchèrent tous les deux sans échanger de paroles. Abû Tharr ne lui avait rien demandé avant d’arriver à la maison. Là, `Ali prépara la chambre d’Abû Tharr et celui-ci alla se coucher. Le lendemain matin, Abû Tharr repartit à la Ka`bah à la recherche du Prophète (Ç). Il ne demanda à personne où pourrait se trouver le Prophète et personne ne lui en parla. Il attendit là avec anxiété jusqu’à la fin de la journée. Imam arriva à la Ka`bah comme d’habitude et passa devant lui. Dès qu’il vit Abû Tharr, il lui demanda: "N’as-tu pas pu rentrer chez toi jusqu’à maintenant?"

- Abû Tharr: "Non!"

-Imam: "Bon! Viens alors avec moi"

Alors qu’ils se dirigeaient à la maison sans se parler, Imam lui demanda:

-"Pourquoi es-tu venu ici?"

-Abû Tharr: "Je peux t’en dire la raison, si tu me promets de la garder pour toi".

- Imam: "Parle franchement sur tout ce que tu voudras. Je n’en dirai rien à personne."

- Abû Tharr: "Je viens d’apprendre l’apparition d’un homme qui se dit être Prophète. J’avais envoyé mon frère pour parler avec lui, mais il est revenu sans pouvoir me fournir des informations satisfaisantes sur lui. A présent, je suis déterminé à le voir moi-même. "

-Imam: "Cela tombe bien. Je vais justement le voir. Suis-moi. Entre là où j’entre. Si je pressens le moindre danger, je poserai mon soulier droit en restant debout près du mur. Quand je ferais ce geste, tu devras revenir sur tes pas."

Abû Tharr raconte: «’Ali m’a emmené dans une maison où j’ai vu une lumière personnifiée. Dès que j’ai aperçu cet homme entouré d’un halo de lumière, j’ai été attiré vers lui et j’ai senti le désir de me jeter à ses pieds. Je l’ai salué en lui disant: «As-Salãm `Alaykum"(il était le premier homme saluant le Prophète de l’Islam d’une manière islamique avant d’avoir embrassé l’Islam.)

Répondant à sa salutation, le Prophète lui dit: «Wa `Alaykum as-Salãm wa Rahmat-ullãhi wa Barakãtoh». Et de demander tout de suite: "Oui, que désires-tu?"

Abû Tharr répondit: "Je viens vers toi dans l’intention d’embrasser la foi». Le Prophète lui fournit quelques informations nécessaires et lui demanda de réciter la Formule de la conversion: «Lã ilãha il-lal-lãh, Muhammadun Rasûl-ul-lãh."

Abû Tharr s’exécuta volontiers et entra ainsi au sein de l’Islam.

Puis, il prit congé du Saint Prophète et se dirigea vers la Ka`bah. En y arrivant, il vit un grand rassemblement d’infidèles Quraychites; il s’écria à leur adresse à haute voix: "O vous les Quraych! J’atteste qu’Allãh est Un et que Mohammad est Son Prophète."

Cette voix effraya les Quraych, car elle sonna comme une insulte adressée à leurs dieux et ternit l’image de leurs "Lt" et ã"`Uzzã". Ils furent profondément perturbés en ayant le sentiment que la dignité de leurs idoles étaient bafouée. Aussi, encerclèrent-ils Abû Tharr et se mirent-ils à le frapper si fort qu’il s’évanouit. Il serait bientôt mort sans l’arrivée soudaine de `Abbãs Ibn `Abdul Al-Muttalib. Lorsque celui-ci vit qu’un dévoué de Mohammad était sur le point de mourir et ne pouvant pas le délivrer lui-même, il s’écria: «O gens! Que vous arrive-t-il? Vous êtes en train de tuer un grand homme de la tribu de Banî Ghifãr. Avez-vous oublié que vous entretenez des rapports commerciaux avec les gens de cette tribu et que vous leur rendez visite souvent. N’avez-vous pas peur de sa tribu?"

En écoutant ces paroles les gens cessèrent de lyncher Abû Tharr et se dispersèrent. Après leur départ, Abû Tharr qui baignait dans son sang quitta le lieu, et traînant ses pas, se dirigea vers le puits de Zamzam.

Source: Bostani.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)