• Nombre de visites :
  • 409
  • 2/8/2011
  • Date :

Petit air (I)

nature

Quelconque une solitude

Sans le cygne ni le quai

Mire sa désuétude

Au regard que j’abdiquai

Ici de la gloriole

Haute à ne la pas toucher

Dont maint ciel se bariole

Avec les ors de coucher

Mais langoureusement longe

Comme de blanc linge ôté

Tel fugace oiseau si plonge

Exultatrice à côté

Dans l’onde toi devenue

Ta jubilation nue

Stéphane Mallarme (1842-1898)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)