• Nombre de visites :
  • 1844
  • 9/8/2011
  • Date :

Le sens de l’écriture 

tour funéraire de cheheldokhtar, damqan, 1054.

  Issues de l’arabe, les lettres persanes se prêtent très bien à un symbolisme graphique, à des «jeux de lettres» aux multiples possibilités de sens et d’interprétations. Un poète persan évoquait ainsi un visage: «La lettre qui est recourbée comme un dãl sur la page de ta beauté, le nun de tes sourcils serait (plutôt) un kãf». Depuis le XVIe s., les calligraphes dessinent des animaux ou même des figures humaines avec des lettres.

La musique de l’écriture repose notamment sur le rythme et le contraste des lettres aux hampes verticales et aux formes plutôt horizontales.

   Leur symbolique rejoint celle du tissage, où la chaîne verticale évoque l’Esprit et la transcendance, et la trame horizontale le monde du devenir et de l’homme. Dans la calligraphie du Coran, l’écriture est un voyage dans une Parole divine toujours vivante dans les rythmes, les sons et la pureté de l’arabe. La puissance de l’écriture fonde différentes pratiques magiques, médicinales ou divinatoires, reposant sur l’utilisation des noms sacrés ou des valeurs numériques des lettres.   

Dans certains courants spirituels, les lettres sont un support de spéculation métaphysique. Apparue en milieu chiite, le développement de cette science des lettres est attribué à l’Imam Sãdiq.

   Les formes et les mouvements de l’écriture révéleraient des secrets du Divin et la morphologie métaphysique de l’univers et de l’homme. Chaque lettre est un symbole. La lettre alif (l), par exemple, en forme de trait vertical, est une image du Calame divin, de l’Intelligence créatrice de Dieu. Les lettres du nom Allãh (Dieu) ont fait l’objet de nombreux commentaires mystiques.

Le rapport entre l’encre et les lettres exprime également un rapport entre Dieu et la création.

   Le cosmos est comme l’écume de l’océan divin: chaque créature est une lettre dans un Livre éternel, chaque monde est un livre rédigé avec l’encre de l’Infini. Le calame du calligraphe est un symbole de l’Intelligence divine. La calligraphie est comme l’écho d’un acte divin: l’écriture, par Dieu, des destins dans le grand livre de l’univers. L’âme est un livre où sont consignés les mystères de Dieu et de la création. La tradition musulmane dit du Prophète qu’il était illettré, non parce qu’il ignorait l’écriture, mais parce que la connaissance divine lui était innée: son âme était un livre écrit par Dieu.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP.160-161. 

Articles Relatifs:

Les styles

L’art d’écrire 

Histoire de la calligraphie

La calligraphie

La calligraphie islamique (3)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)