• Nombre de visites :
  • 1768
  • 5/9/2011
  • Date :

Les couleurs

muqarnas

   Les pièces les plus simples ne sont pas glacées: leur couleur est celle de leur matériau, et leur décor éventuel est sculpté dans la pâte crue. D’autres pièces sont recouvertes d’une glaçure ou d’un engobe qui leur donnent une teinte monochrome.

Les uvres les plus complexes possèdent un décor polychrome sur une glaçure opaque ou sur l’engobe.

   Les couleurs sont obtenues à partir d’oxydes métalliques, qui sont broyés et mêlés à la glaçure: ce sont les émaux. Leur véritable teinte se révèle à la cuisson et lorsqu’ils sont mis en contact avec d’autres oxydes et des substances contenues dans la glaçure.

On utilise le cobalt pour le bleu et le turquoise, le cuivre pour des types de vert (turquoise, bleuté ou émeraude), le manganèse pour le violet, l’antimoine pour le jaune, le chrome pour une palette de verts et de jaunes, le fer pour des teintes allant du jaune-orange au vert.

   Pour créer les minãis, les potiers ont développé un procédé technique permettant de cuire sur une même pièce des émaux aux températures de cuisson différentes. Une première cuisson à haute température fixe la glaçure, qui peut être blanche, voire bleue, et qui peut comporter des éléments de décor peints avec des oxydes de grand feu (bleu, vert, noir).

Sur ce fond, l’artiste ajoute des émaux demandant une température plus basse (or, rouge); puis la pièce subit une deuxième cuisson oxydante et à petit feu.

   Grâce à ces deux cuissons, l’artisan dispose d’une palette de couleurs plus importante. Apparu certainement en Irak au IXe s., puis répandu en Iran au XIIe s., le lustre métallique consiste à déposer sur une pièce déjà recouverte d’une glaçure une pellicule de métal (oxyde de cuivre ou d’argent). En recuisant la pièce, le métal s’incorpore à la glaçure: il prend alors une teinte qui va du jaune au vert, et donne à la céramique un éclat brillant, irisé et métallisé.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP.170-171.

Articles Relatifs:

La pâte

Techniques d’un art du feu

Mosaïques et carreaux

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)