• Nombre de visites :
  • 678
  • 10/9/2011
  • Date :

Les Devoirs d’un Musulman envers un autre Musulman (1)

imam al-sadiq

   L’un des plus beaux et des plus significatifs des Principes de l’Islam qui caractérisent ses adeptes, est la Fraternité islamique entre les Musulmans, sans distinction de situation sociale, de couleur de la peau, de race ou d’origine géographique. L’Islam enjoint à ses adeptes de cultiver l’esprit de Fraternité parmi eux. La raison pour laquelle les Musulmans d’hier et d’aujourd’hui ont perdu leur dignité réside dans leur négligence de cet aspect suprême des Enseignements islamiques.

Selon l’Imam Al-Sãdiq, la Fraternité islamique veut qu’un Musulman aime pour son Frère ce qu’il aime pour lui-même, et qu’il ne souhaite pas pour son Frère ce qu’il ne souhaite pas pour lui-même.

   Les Musulmans doivent donc prêter une oreille attentive à cette injonction simple et claire que les Saints Imams ont souvent mise en évidence. Ils doivent s’alarmer de ce qu’il est aujourd’hui difficile de souscrire à ce Principe important de l’Islam. A quel point les Musulmans sont donc écartés de nos jours de l’esprit de la Fraternité! S’ils avaient été justes les uns envers les autres et s’ils avaient connu la signification du principe de la Fraternité, ils ne se seraient jamais permis de torturer leurs Frères de Religion et il n’y aurait pas eu d’oppression ni de vol, de falsification, de médisance, de calomnie, d’insolence, d’irrespect et d’égoïsme entre eux.

En réalité, si les Musulmans avaient pris vraiment conscience du moindre avantage de l’esprit de Fraternité, et s’ils avaient agi sérieusement selon cet esprit, il n’y aurait eu aucune inimitié, ni aucun esprit d’animosité entre eux et, au contraire, ils auraient mené une vie individuelle et sociale prospère et pleine de succès au sein d’une communauté plus fraternelle.

   L’injustice et l’oppression auraient été rayées de la surface de la Terre, les hommes seraient des Frères, tous égaux, l’humanité aurait atteint le plus haut degré de bonheur social, et le rêve de cité idéale des anciens philosophes aurait été réalisé. L’amour et l’amabilité étant le trait essentiel des rapports entre les hommes dans une telle humanité fraternelle, celle-ci n’aurait plus besoin de gouvernants, de tribunaux, de police, de prisons ni de Code pénal. Si la Fraternité islamique avait prévalu, les Musulmans n’auraient jamais accepté de se soumettre à aucun colonisateur ni ne se seraient jamais résignés devant aucun tyran. La Terre aurait été tout autre et se serait transformée en un Paradis terrestre et en une demeure de bonheur.

   Si la loi de l’amour avait prévalu entre les hommes, conformément aux Enseignements islamiques, le mot "justice" ne serait plus en usage dans notre langue, en ce sens que nous n’aurions plus besoin de la Justice ni de ses lois, ni par conséquent de l’utilisation du mot qui la désigne, du fait que la loi de l’amour suffirait à répandre le bien et la paix, le bonheur et la tranquillité de l’esprit. Car l’homme n’a besoin de recourir à la justice et à la loi que s’il perd l’amour de celui envers lequel il doit appliquer la justice. Mais lorsqu’il s’agit d’une personne qu’il aime, comme son fils ou son frère, il est porté à lui faire du bien et des concessions, par amour et avec bienveillance, et non pas par souci d’appliquer la justice, ni par intérêt.

Source: Al-Modhaffar. M, Les Croyances du Chiisme, Édité et traduit par Abbas AHMAD Al-Bostani,    Publication de la cité du savoir, Canada.

Articles Relatifs:

Le devoir de l’homme envers lui-même

Du devoir de l’homme envers la société

Devoirs de l’homme envers les pauvres et les indigents

Des devoirs de l’homme envers ses voisins

Des devoirs de l’homme envers sa famille

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)