• Nombre de visites :
  • 1956
  • 25/9/2011
  • Date :

La lutte de l’Islam contre le pessimisme (3)

pessimisme

   Les gens de caractère vil s’imaginent que tous les hommes leurs sont semblables et voient se refléter chez les autres leurs propres vices.

L’Emir des Croyants- que la paix soit sur lui- a dit que l’homme méchant ne pense du bien de personne, car il voit tout le monde à son image.1

   Le docteur Mann, dans son ouvrage intitulé «les principes de la psychologie» écrit dans le même sens: «Nous entendons par projection, le mécanisme par lequel un sujet perçoit comme étant dans autrui les idées, les mobiles et les sentiments qui lui sont propres.

   Cette sorte de réaction est défensive et compensatrice et se manifeste dans le but d’empêcher l’angoisse. La projection est une sorte de comparaison à soi, pratiquée inconsciemment. Quand ce type de défense se développe davantage,   il   devient   morbide,  et   est  considéré  comme  une  maladie psychologique.

Il se peut que cette réaction se manifeste à la suite d’un sentiment de culpabilité. Quand l’auteur commet un acte provoquant ce sentiment, il en attribue la responsabilité à quelqu’un d’autre.»

   Lors de l’Hégire, le Prophète de l’Islam arriva à Médine, venant de la Mecque. Un homme vint à lui et lui dit: «Ô Prophète de Dieu! Les gens de ce pays sont bons et bienfaiteurs. Tu as bien fait d’émigrer vers eux.» Le Prophète lui répondit: «Tu as raison!».

   Puis un autre homme se présenta à lui, et lui dit: «Les gens de cette cité sont méchants, tu aurais mieux fait de ne pas venir vers eux!»

   Le Prophète lui fit la même réponse qu’au premier. Quelqu’un interrogea alors le Prophète, au sujet de l’identité des réponses données à des paroles contradictoires. Le Prophète lui répondit: «Je sais ce que recèle le fond de chacun des deux. Ils étaient tous deux sincères.»

   C’est à dire que chacun était sincère par rapport à ce qu’il pensait dans son tréfonds.

Il est évident que la susceptibilité et la mauvaise opinion qui sont ici objet de blâme, sont celles qui traduisent une déviation de l’esprit par habitude et persistance en elles. Ce qui est considéré comme un péché et une infraction à la Loi divine, ce sont les préjudices causés par ces défauts à autrui.

   Les conjectures et les suggestions qui ne sont pas suivies d’effets ne donnent pas lieu à la responsabilité juridique, car elles ne dépendent pas de la volonté.

   Ajoutons qu’étant donné que l’amertume des pessimistes procède de ce défaut pernicieux, il convient d’approfondir l’examen de cette cause et de la traiter à sa racine.

Note:

(1) Ghurar ul Hikam.

Source: MOUSSAVI LARI. M, Problèmes moraux et psychologique, traduit par Nahid Chahbãzi, éd: Daftar-é-Nachr-é-Farhang-é-islãmi, Téhéran, 2003, PP.43-45.

Articles Relatifs:

La lutte de l’Islam contre le pessimisme (2)

La lutte de l’Islam contre le pessimisme (1) 

Les préjudices du pessimisme (2)

Les préjudices du pessimisme (1)

Le pessimisme (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)