• Nombre de visites :
  • 1657
  • 26/9/2011
  • Date :

Réclamer les droits légaux

homme et femme

   L’Islam reconnaît depuis plus de 14 siècles, le droit de la femme et sa liberté totale à revendiquer ses droits.

En effet, individuellement ou collectivement, les femmes intervenaient auprès du Prophète (PSL), lui exposaient leurs problèmes, lui demandaient de les solutionner et les réponses satisfaisaient leurs réclamations légales. Beaucoup de faits de cette nature existent et on peut en citer ceux-ci : le récit de Khawlatu B. Malik B. Thalaba , qui a été répudiée par son mari en ces termes « je te considère comme le dos de ma mère ». Lorsqu’elle est venue voir le Prophète (PSL) pour échanger, exposer, discuter avec lui et se plaindre à Allãh de son mari, Dieu a révélé des versets:

قَدْ سَمِعَ اللَّهُ قَوْلَ الَّتِي تُجَادِلُكَ فِي زَوْجِهَا وَتَشْتَكِي إِلَى اللَّهِ وَاللَّهُ يَسْمَعُ تَحَاوُرَكُمَا إِنَّ اللَّهَ سَمِيعٌ بَصِيرٌ

«Allãh a bien entendu la parole de celle qui discutait avec toi à propos de son époux et se plaignait à Allãh. Et Allãh entendait votre conversation car Allãh est Audient et clairvoyant»

 (Sourate: La plaideuse, Verset 1).

   Et Dieu a solutionné dans le Saint Coran par les versets suivants:

الَّذِينَ يُظَاهِرُونَ مِنكُم مِّن نِّسَائِهِم مَّا هُنَّ أُمَّهَاتِهِمْ إِنْ أُمَّهَاتُهُمْ إِلَّا اللَّائِي وَلَدْنَهُمْ وَإِنَّهُمْ لَيَقُولُونَ مُنكَرًا مِّنَ الْقَوْلِ وَزُورًا وَإِنَّ اللَّهَ لَعَفُوٌّ غَفُورٌ

«Ceux d’entre vous qui répudient leurs femmes, en déclarant qu’elles sont pour eux comme le dos de leur mères (formule de divorce), alors qu’elles ne sont nullement leurs mères, car ils n’ont pour mères que celles qui les ont enfantés. Ils prononcent certes une parole blâmable et mensongère. Allãh est cependant indulgent et miséricordieux»

(Sourate: La plaideuse, Verset 2).

وَالَّذِينَ يُظَاهِرُونَ مِن نِّسَائِهِمْ ثُمَّ يَعُودُونَ لِمَا قَالُوا فَتَحْرِيرُ رَقَبَةٍ مِّن قَبْلِ أَن يَتَمَاسَّا ذَلِكُمْ تُوعَظُونَ بِهِ وَاللَّهُ بِمَا تَعْمَلُونَ خَبِيرٌ

«Ceux qui comparent leurs femmes aux dos de leurs mères, puis reviennent sur qu’ils ont dit doivent affranchir un esclave avant d’avoir tout contact avec leur femme. Et Allãh est parfaitement connaisseur de ce que vous faites»

 (Sourate: La plaideuse, Verset 3).

فَمَن لَّمْ يَجِدْ فَصِيَامُ شَهْرَيْنِ مُتَتَابِعَيْنِ مِن قَبْلِ أَن يَتَمَاسَّا فَمَن لَّمْ يَسْتَطِعْ فَإِطْعَامُ سِتِّينَ مِسْكِينًا ذَلِكَ لِتُؤْمِنُوا بِاللَّهِ وَرَسُولِهِ وَتِلْكَ حُدُودُ اللَّهِ وَلِلْكَافِرِينَ عَذَابٌ أَلِيمٌ

«Mais celui qui n'en trouve pas les moyens doit jeûner alors deux mois consécutifs avant d'avoir aucun contact [conjugal] avec sa femme. Mais s'il ne peut le faire non plus, alors qu'il nourrisse soixante pauvres. Cela, pour que vous croyiez en Dieu et en Son messager. Voilà les limites imposées par Dieu. Et les mécréants auront un châtiment douloureux.»

(Sourate: La plaideuse, Verset 4).

Source:Mpfef.gov.ml

Articles Relatifs:

Participation effective à l’éducation des enfants et à l’organisation des affaires de la famille

Héritage pour la femme

La femme comme un être humain (3)

La femme comme un être humain (2)

La femme comme un être humain (1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)