• Nombre de visites :
  • 375
  • 5/10/2011
  • Date :

La théorie de Will Durant (3)

famille

   La femme est plus patiente que l’homme, mais l’homme est plus confiant face aux situations dangereuses et risquées de la vie. La femme a plus d’endurance et peut mieux faire face aux ennuis quotidiens mineurs. Son esprit martial se limite à son appréciation de cet esprit chez les autres. Elle aime les soldats et admire les hommes forts et robustes.

   Sa tendance à apprécier la force et la virilité chez les autres éclipse parfois son sens de l’économie, et parfois elle préfère se marier avec un homme fou mais courageux. Elle se soumet avec bonheur au commandant de la cité. Si les femmes de nos jours ne sont pas aussi obéissantes qu’elles l’étaient jadis, c’est parce que les hommes sont maintenant physiquement et moralement plus faibles. Son attention se concentre essentiellement sur les affaires domestiques, et son milieu est habituellement sa maison. Elle est aussi profonde que la nature, mais aussi limitée que sa maison.

Son instinct la rend attachée aux vieilles traditions. Elle n’est préparée, ni mentalement, ni habituellement, à l’épreuve (sauf les femmes vivant dans les grandes villes).

   Si elle souscrit à la libération sexuelle, ce ne serait pas parce qu’elle chercherait la liberté, mais c’est parce qu’elle n’a pas réussi à trouver l’homme convenable qui accepterait de se marier avec elle. Si, dans sa jeunesse, elle s’intéressait parfois à la politique et étendait son intérêt aux multiples aspects humains, elle y renonce normalement une fois qu’elle trouve un mari, et elle se retire aussitôt avec son mari des affaires publiques. Elle rappelle à son mari que son sens de la loyauté doit se limiter à sa maison. La femme n’a pas besoin de réfléchir beaucoup pour savoir que toute réforme commence à la maison. Ayant la capacité de transformer un homme distrait et déconcerté en un homme disposé à faire des sacrifices et attaché à sa maison et à ses enfants, elle constitue ainsi un facteur de préservation de l’espèce, car, de par sa nature, elle ne s’intéresse pas aux lois et aux gouvernements, mais adore son foyer et ses enfants.

Si elle réussit à les avoir et à les préserver, elle se moque de savoir quel gouvernement accède au pouvoir et quel gouvernement le quitte.

   La nature ne se soucie pas des lois des gouvernements. Elle tient beaucoup au foyer et aux enfants. Si elle réussit à les préserver, elle se fiche des gouvernements et se moque de ceux qui essaient de changer les lois fondamentales. Si aujourd’hui la nature semble incapable de protéger le foyer et les enfants, c’est parce que la femme a depuis longtemps oublié la nature. Mais l’échec de la nature n’est pas éternel. Elle peut, quand elle le veut, assurer ses intérêts en puisant dans ses réserves. Il y a des nations et des races plus nombreuses que nous, et la nature peut assurer à travers elles sa continuité absolue et infinie.

Source: MUTAHARI. Mortadhã,  Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.118-119.

Articles Relatifs:

La théorie de Will Durant (2)

La théorie de Will Durant (1)

L’opinion du monde moderne (1)

L’opinion du monde moderne (2)

La pièce maîtresse de la création

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)