• Nombre de visites :
  • 413
  • 9/10/2011
  • Date :

Un bref historique de la dot (2)

mariage

   Pour obtenir la fille qu’il désirait, l’homme se rendait dans sa tribu et travaillait pour le compte de son père pendant un certain temps. En contrepartie des services rendus par le prétendant, le père lui accordait la main de sa fille, et il la ramenait avec lui dans sa tribu.

Lorsque la monnaie est entrée en scène, l’homme découvrit qu’au lieu de servir son futur beau-père pendant des années, il valait mieux lui offrir une somme d’argent convenable et prendre la fille désirée, immédiatement. Telle fut l’origine de la dot.

   Ainsi, selon ce récit, au début l’homme vivait comme un auxiliaire de la femme et au service de celle-ci. Pendant cette période la femme régnait sur l’homme. A l’étape suivante, lorsque le pouvoir passa aux mains de l’homme, celui-ci kidnappait sa future femme dans une autre tribu. Au cours de la troisième étape, pour avoir une femme, l’homme se rendait chez le père de celle-ci et le servait pendant des années. Pendant la quatrième étape, l’homme offrait une somme d’argent au père de la fille désirée. Telles sont les quatre étapes de l’institution de la tradition de la dot.

On dit que depuis l’époque où l’homme a aboli le système matriarcal et posé la fondation du patriarcat, la femme fut réduite au statut d’esclave, ou, au mieux, d’employée et de servante chez l’homme.

   Celui-ci la regardait comme un outil économique, qui pouvait, à l’occasion, satisfaire sa volupté aussi. Il ne lui accordait pas une indépendance sociale ou économique. Le fruit du travail de la femme appartenait soit à son père, soit à son mari. Elle n’avait pas le droit de choisir son mari, ni de mener une activité économique pour son propre compte. L’argent que l’homme payait à titre de dot, et les dépenses qu’il supportait à titre d’entretien [nafaqah], représentait la contrepartie des gains économiques qu’il tirait d’elle tout au long de la période de leurs relations conjugales.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, P.123.

Articles Relatifs:

Un bref historique de la dot (1)

La dot et l’entretien

La dot dans le système islamique de droits

La vraie philosophie de la dot (ou le cadeau de mariage)

La dot dans le Coran

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)