• Nombre de visites :
  • 1689
  • 9/10/2011
  • Date :

Une fête de fraternité

automne

   Après Norouz, la grande fête de l’arrivée du printemps, Mehrgãn (16 Mehr/8 octobre) constitue la plus grande fête de l’Iran antique. Mehrgãn réunit en son sein tout un nombre d’éléments mythiques et nationaux. Cette fête est célébrée chaque année du 16 au 21 Mehr - 7ème mois du calendrier iranien - (du 8 au 13 octobre).

Selon la tradition, "Adam et Eve" dans la religion zoroastrienne sont nés le jour de Mehrgãn. D’après les récits, Kaveh le Forgeron, célèbre héros de la mythologie iranienne, lança le même jour sa révolte épique contre Zahãk le Tyran.

   Dans l’Iran antique, les fêtes étaient des symboles de victoire et célébraient la joie qui en résultait. Mehrgãn durait cinq jours. Dans la mythologie iranienne, Mehrgãn est le jour où l’esprit fut soufflé dans le corps de l’homme. Les récits anciens nous relatent que cette fête était essentiellement célébrée par les rois. Certains historiens estiment que Mehrgãn fut une fête d’amitié et de fraternité, le mot "mehr" signifiant "amour et tendresse".

   Selon les traditions anciennes, Mehrgãn avait une importance décisive pour le pouvoir royal et le "mérite octroyé au roi par Dieu". Lors de cette fête, le roi portait une couronne ronde comme le soleil. Il s’habillait de pourpre et le grand mage de la cour lui offrait un grand plat chargé de citrons, de sucre, de nénuphars, de pommes, de grenades et de raisins. Les gens s’offraient des fleurs et du parfum, et les Perses avaient de droit d’offrir des cadeaux au roi. Si la valeur de ces cadeaux dépassait les 10000 drachmes, le nom du donateur était enregistré ; et si un jour ce dernier avait besoin d’argent, la cour lui payait le double de ses dons au roi.

A l’époque de la dynastie des Sãssãnides, les poètes et les troubadours devaient composer chaque année cinq nouveaux chants pour les cinq jours de la fête.

   Les soldats recevaient en cadeau de nouveaux uniformes d’automne et d’hiver. Au premier jour de la fête, les Zoroastriens se rendaient au temple pour prier, et les fêtes prenaient fin avec des festins abondants et délicieux, accompagnés de chants et de musique.

   De nos jours, la fête de Mehrgãn est célébrée majestueusement dans les villages zoroastriens où les activités festives sont souvent accompagnées de musique. Au 5ème jour des fêtes ("Ram Rouz" dans le calendrier zoroastrien), des habitants du village et en particulier les jeunes se rassemblent au temple du feu ou autour d’une source ou d’un puits, pour ensuite faire le tour du village tandis que des musiciens suivent le cortège. Le groupe est accueilli joyeusement par les hôtes. La maîtresse de maison invite les convives à entrer et verse de l’eau de rose dans leurs mains. Elle dispose ensuite un miroir devant les invités et leur apporte des friandises. Puis, l’un des musiciens appelle à haute voix le nom des personnes décédées qui vivaient autrefois dans cette maison, et tout le monde prie pour eux. C’est à ce moment que la visite prend fin et que le cortège quitte ses hôtes pour se rendre chez les voisins.

Source: Teheran.ir

Articles Relatifs:

Les origines des fêtes anciennes des Iraniens (2)

Les origines des fêtes anciennes des Iraniens (1)

Les fêtes traditionnelles chez les zoroastriens

Norouz chez les Abbassides

Norouz en Iran 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)