• Nombre de visites :
  • 800
  • 9/10/2011
  • Date :

Bilãl et son attachement au Wilãyat (1)  

bilal

   Bilãl Habashî était une esclave éthiopienne, inconnu, victime de fouets de l’aristocratie arrogante, aveuglée par la fortune. Fils de «Rabãh» et «Hamãmah», il fut torturé jusqu’à mort, par Omaya  Ben Khalaf, uniquement, pour avoir pour crime le monothéisme et l’émancipation. 1

Il faisait preuve de patience et d’endurance, seulement, avec le nom de Dieu clément «Ahadoun».

    Un jour, où le parfum de l’aspiration au monothéisme et à l’affranchissement, émanant de la part du vénéré Messager de Dieu (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), l’eut envahi, un magnifique enthousiasme envahit le visage noir et le cœur blanc de Bilãl . Soudain, il s’adressa au noble prophète (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) et chanta dans la langue abyssine ce poème: « le jour où dans notre contrée l’on nous interrogera sur les meilleures habitudes, nous vous prenons comme témoin pour nos paroles ». 2

Le noble prophète (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), le désigna comme  le Muezzin, à cause son rang élevé et sa parole pesante. Il devint, ainsi,  le représentant officiel du vénéré Messager de Dieu (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) pour lancer l'appel à la prière. C’est, uniquement, avec son appel à la prière que les Musulmans se réunissaient dans le lieu de prière pour s’acquitter de leur obligation.  3

Cette mission fut confiée à Bilãl , cette personnalité privilégiée, et ce en dépit du fait qu’il avait du mal pour faire une bonne prononciation de la lettre «Sch». 4

   Suite à la conquête de la Mecque, sur ordre du vénéré Messager de Dieu (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), Bilãl  fut monté sur le toit de la Kaaba et lança l’appel à l’unicité et à la prophétie. Les héritiers de l’arrogance et de l’Ignorance  commencèrent à lui adresser des reproches et à faire l’éloge d’eux-mêmes. C’est en ce moment, que l’Ange de la Révélation descendit pour signaler que le critère de la supériorité était la renonciation à l’appartenance tribale pour s’adonner à la «Qibla», ou pour mieux dire le critère de la supériorité était la piété.  L’Archange Gabriel était le porteur du verset suivant: «O, les gens! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle et vous avons désignés en nations et tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Oui, le plus noble des vôtres auprès de Dieu, c’est le plus pieux des vôtres. Dieu est savant, informé, vraiment!» 5

Notes:

1. Kashakoul; cheikh Bahãï, Azizollah Kaseb, p. 252

 2.Tafsir (commentaire), attribué à l’Imam Hassan ’Askari ( béni soit-il), p. 462, Ilalol Sharayi «Les Causes des lois religieuses» ; p. 461. 

3.Idat Al-Daei, p. 21, Al-Mahjatol Bayza, t. 2, p. 310.

4. Sourate 49, verset 13.  RF: Le Tafsir Al-Mizan, t. 18, p. 315. Al-Tayeb, t. 12, p. 4231. Al-Burha,, t. 4 , p. 210, Tafsir Nemouneh, t. 22, p. 4196, Tafsir al-Qomi, t. 1, p. 179.

5. «Ne repousse pas ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir et qui cherchent Sa face. Tu n’es pas chargé de leur demander de compte, pas plus qu’ils ne sont pas chargés de te demander de compte. Si tu les repoussais, tu serais alors au nombre des injustes.» Sourate 6, verset. 52.  RF: Le Tafsir al-Mizan, t.7, p. 99 Bayan al-Saadat, t. 2, p. 132. Rouheh Al-Maani, t. 7, p. 158.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)