• Nombre de visites :
  • 1203
  • 11/10/2011
  • Date :

La Lettre de l’Imam ‘Ali à Mãlik Al-Achtar (3)

ecrire

   Attache-toi à des personnes droites et pieuses et fais-leur comprendre clairement qu’elles ne doivent jamais chercher à te flatter ni à te créditer d’une bonne action que tu n’aies jamais faite, car la tolérance de la flatterie et le faux compliment stimulent la fierté chez l’homme et le rendent arrogant.

Ne traite pas de la même façon le bienfaiteur et le malfaiteur, car cela découragerait le premier, et encouragerait le second à persister dans le mal.

   Traite chacun d’eux selon ses mérites. Sache que la confiance et la bienveillance mutuelles entre le gouvernant et les gouvernés ne peuvent avoir lieu qu’à travers la bonne volonté, la justice et le service rendu. Cultive donc la bienveillance chez les gens, car seule la bienveillance te sauvera des troubles. Ta bonne volonté à leur égard sera payée en retour par leur confiance en toi, et le mauvais traitement, par leur mauvaise volonté.

Ne méconnais pas les nobles traditions des premiers membres de cette communauté, traditions qui ont apporté l’harmonie et le progrès aux gens, et n’entreprends rien qui puisse diminuer leur utilité.

   Les hommes, qui avaient établi ces bonnes traditions ont eu leur récompense, quant à toi, tu seras responsable, si elles sont abandonnées. Essaie toujours de tirer quelque chose de l’expérience des gens instruits et sages, et de les consulter, en ce qui concerne les affaires d’Etat, cela t’aidera à maintenir la paix et la bonne volonté que tes prédécesseurs ont établies sur terre.

   Rappelle-toi que le peuple est composé de différentes classes. Le progrès des unes dépend de celui des autres et aucune d’elles ne peut prétendre être indépendante des autres. Nous avons une armée formée de soldats d’Allãh. Nous avons nos officiers civils avec leurs établissements, notre judicature, nos percepteurs et nos officiers de relations publiques.

Le public lui-même" est composé de Musulmans et de Thimmî, et parmi eux, il y a des commerçants, des artisans, des gens sans emploi, des indigents.

   Allãh a prescrit pour eux des droits, des obligations et des devoirs personnels qui sont mentionnés dans le Saint Coran et dans les Hadith du Saint Prophète.

Source: Un groupe de savants, La Rationalité de l’Islam, Édité par Abbas Ahmad al-Bostani, Publication de la Cité du Savoir, Canada

Articles Relatifs:

La Lettre de l’Imam ’Ali à Mãlik Al-Achtar (2)

La Lettre de l’Imam ’Ali à Mãlik Al-Achtar (1)

Imam ’Ali (as) sous les plumes des non-musulmans (2)

Imam ’Ali (as) sous les plumes des non-musulmans (1)

Description des pieux (1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)